Vin biologique : cherchez l'erreur ?

© Isabelle Rozenbaum/AltoPress/Maxppp
© Isabelle Rozenbaum/AltoPress/Maxppp

Les vendanges sont en avance cette année. Le consommateur a du mal à s'y retrouver entre toutes les appellations. Quelle est la différence entre vin naturel et vin biologique ?

Par France 3 Centre-Val de Loire

La différence : c'est le cahier des charges. Le vin biologique répond à un cahier des charges défini par l'union européenne. Les vignerons "nature" ne se reconnaissent pas dans ce que certains nomment " l'hypocrisie des lobbies industriels". De son côté, le consommateur veut bien faire, il achète bio et ne s'insurge pas quand il boit un vin biologique "pasteurisé".Manque de curiosité ?  Envie de répondre à une certaine mode "bobo" du vin biologique ?...

A Montlouis, Bertrand Jousset est un fervent militant du vin naturel. La vigne, il a ça dans la peau.  A 42 ans,  il a  grandi près de Chartres avec des parents bouchers-charcutiers et dans une deuxième vie, il a décidé de produire du vin naturel avec Lise sa femme.
 

6 euros la bouteille : méfiance

Sachant que sans le savoir-faire du vigneron, le raisin devient du vinaigre, que fait-il exactement ? Les vignerons "nature" interviennent le moins possible. Acheter un vin naturel à 6 euros la bouteille est presque impossible.  Sur les étiquettes, il y a de quoi se perdre  : AOC/AOP, IGP, Bio, Naturel, Demeter...

Pour protéger les vignes du mildiou ou de l'oïdium, il existe le cuivre et le souffre, oui, mais à faible dose ! Comment s'y retrouver ? Chez un viticulteur naturel : le raisin  est bio, cultivé sans pesticides ( pas d'intrants non plus lors de la vinification sauf de petites quantité de sulfite). Le raisin est vendangé à la main. Enfin, il n'y a pas de sucre ajouté ni de levures étrangères au terroir.
 

"Une seule arme : le tire-bouchon"

Ils ont donc des rendements modérés d'où un prix minimum de 10 euros la bouteille environ. Ils sont de plus en plus nombreux à proposer ces vins.  Michel Autran vend aussi bien du vin biologique que du vin naturel. Cet ancien médecin généraliste s'est installé en 2012 à Vouvray, en Indre-et-Loire. Jean Carmet disait qu'il ne tolérait qu'une seule arme : Le tire-bouchon. Le mieux pour se faire son opinion est de sillonner les caves de la région et de discuter avec les vignerons.
 

Sur le même sujet

Inauguration du centre de formation de l'ADA Blois Basket 41

Les + Lus