Un projet de village communautaire catholique en Indre-et-Loire abandonné par son promoteur

Publié le Mis à jour le
Écrit par Thomas Hermans avec AFP

Monasphère a décidé jeudi de laisser tomber son projet immobilier de L'Île-Bouchard, en Indre-et-Loire. La veille, la mairie avait refusé la demande de permis de construire du promotteur.

Le projet ne ressuscitera pas. Le promoteur Monasphère a annoncé jeudi 31 mars à France Bleu Touraine l'abandon de son projet immobilier de L'Île-Bouchard, en Indre-et-Loire. Situé à proximité d'un lieu de pèlerinage géré par la Communauté de l'Emmanuel dans cette commune d'environ 1 500 habitants, le projet devait initialement accueillir 17 pavillons. 

Le promoteur Monasphère, "qui conçoit des projets immobiliers [...] à proximité de lieux spirituels chrétiens", avait vu son permis de construire rejeté la veille par la mairie de la commune. Il avait créé la polémique, soulevant des accusations de communautarisme. Les promoteurs s'en étaient défendus en janvier, avançant que leur "offre d'habitat thématique auprès de lieux spirituels chrétiens est universelle et ouverte à tous".

Atteinte à la sécurité publique

La maire de L'Île-Bouchard, Nathalie Vigneau, indique dans un communiqué que sa décision suit un avis défavorable du Service départemental d'incendie et de secours d'Indre-et-Loire. Dans cet avis du 25 février 2022, le SDIS estimait, en effet, que "les moyens de lutte contre l'incendie sont insuffisants dans le secteur pour assurer la sécurité des biens et des personnes", selon la maire. "Le projet a donc été jugé [...] de nature à porter atteinte à la sécurité publique et ne pouvant, de ce fait, être réalisé", poursuit-elle.

"Dans le cadre de la construction d'un lotissement, il appartient à l'aménageur de réaliser les travaux nécessaires à la desserte de la défense incendie", ajoute l'élue. Une volonté que n'aurait pas manifesté le promoteur dans son dossier, et n'aurait pas "non plus répondu à la demande de cette pièce complémentaire" avant la date butoir du délai d'instruction. Ergo, un "refus de ce permis a dû opéré". 

Résistance locale

Un collectif contre ce projet avait rassemblé une centaine de personnes lundi soir lors d'une réunion publique dans le village. La députée LREM de la circonscription, Fabienne Colboc, avait affirmé ne vouloir faire preuve "ni de complaisance ni de stigmatisation", rapportait Le Monde à la mi-février. Contactée par France 3 mais ne souhaitant pas s'exprimer d'avantage, elle dit simplement "prendre acte" de la décision du promoteur.

Le parti socialiste d'Indre-et-Loire s'était, lui aussi, saisi du dossier, s'inquiétant de "la montée en puissance des projets communautaristes en Indre-et-Loire", qu'il juge "inquiétante pour les principes qui fondent notre République". L'antenne locale du PS reproche ainsi à la communauté de l'Emmanuel, qui gère le site religieux de L'Île-Bouchard en lien avec Monasphère, sa proximité avec "Courage", "apostolat catholique [...] qui promeut les thérapies de conversion". 

Pour Franck Gagnaire, élu PS au département et à la mairie de Tours, cette "montée du communautarisme confine parfois au séparatisme", et est "une rupture du pacte républicain tel que la France le connaît depuis la Troisième République", explique-t-il à France 3. 

Contacté pour expliquer les raisons de l'abandon pur et simple du projet, Monasphère n'a pas encore répondu à France 3 à l'écriture de ces lignes.