800 kilos de poissons retrouvés morts après un acte de vandalisme dans l'Indre

Publié le
Écrit par Adeline Divoux avec Jean-Philippe Elme

Spectacle de désolation dans l'Indre des centaines de poissons ont été tués après un acte de vandalisme. Un étang de Brenne, à Paulnay, a été vidé après l'ouverture de la vanne. Un préjudice estimé à plus de 4.000 euros.

Dans la nuit de samedi 27 à dimanche 28 août, la vanne d'un étang de Paulnay (Indre) a été ouverte. Conséquence, l'étang s'est vidé de son eau et les poissons qui le peuplaient sont morts. Près de 800 kilos de poissons destinés à la pisciculture, soit plus de 4.000 euros de préjudice. L'acte de vandalisme fait peu de doute.

Les propriétaires ont déposé plainte auprès de la gendarmerie pour "violation de propriété privée" et "dégradation de bien d'autrui". Une enquête est en cours, confiée à la compagnie de gendarmerie de Buzançais. 

Premier acte de ce type dans le secteur

En attendant, une forte odeur se dégage sur place. Depuis dimanche, les poissons ont pourri et attirent les animaux sauvages, comme les sangliers et les oiseaux, qui viennent se servir pour se nourrir. 

Selon le maire de Paulnay, c'est la première fois qu'un tel acte est signalé dans le secteur. "C'est assez fou en fait. On est en période de sécheresse, on a des problèmes de gestion de l'eau au niveau des étangs et on se retrouve face à ces situations de malveillance. C'est vraiment n'importe quoi", souffle Sébastien Lalange.

C'est la même chose que chez les pyromanes : quel intérêt de mettre le feu sur une parcelle ? Ce comportement appartient à des personnes un peu dérangées, à mon avis.

Sébastien Lalange, le maire de Paulnay

La situation interroge d'autant plus que l'étang n'est pas situé à côté d'un chemin communal. "Il n'y a pas de raison de passer là. C'est inquiétant, car ça veut dire que c'est un acte délibéré qui a été décidé en amont", ajoute l'élu. Le maire regrette également les conséquences sur la biodiversité. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité