"On n'était pas du coin, différents" entre rumeurs et manque de personnel, un couple de chocolatiers du Berry ferme boutique

Les époux Mickaël et Joël Boyer-Pereira ont quitté Paris en 2016 pour s'installer dans le Berry. Ils y ouvrent deux chocolateries. 2024 marque la fin de l'aventure. Ils ferment leurs deux établissements de Valençay et Châteauroux. Au cœur de la décision, des problèmes de recrutement, l'augmentation des charges et "une campagne de désinformation de personnalités influentes" du coin.

L'humeur n'est pas à la fête, chez Castel' Praliné, mais pas à la grimace non plus. "Je suis dans l'optique de bien fermer, en payant nos fournisseurs, replaçant correctement nos salariés" assure Mickaël Boyer-Pereira.

Portes déjà closes pour Noël 

Les deux gérants de cette chocolaterie ont décidé, ce début janvier 2024, de fermer boutique. L'entreprise s'était installée dans deux établissements à Valençay et Châteauroux. Un premier rideau baissé à Noël annonçait déjà la couleur : "Il valait mieux ne pas ouvrir que mal le faire". 

Parce que le chocolat, ça ne marche pas ? Pas du tout, affirme Mickaël "on commençait vraiment à avoir une belle place dans le département depuis sept ans et une belle reconnaissance".

Inflation et difficultés de recrutement

Non, le fond du problème mis en avant par les époux Boyer-Pereira, c'est la difficulté de recruter du personnel qualifié, mais aussi "les augmentations exponentielles des matières premières, des énergies et des taxes locales". 

Si les ventes permettaient de faire tourner les boutiques, le sous-effectif pesait sur les troupes, la fatigue générale n'était plus tenable.

Un peu plus loin dans la publication Facebook, le couple affirme "la campagne de désinformation colportée par des personnalités influentes de Valençay s’ajoutent aux difficultés citées plus haut". Les deux hommes sont parisiens, mariés, ce qui a parfois alimenté les racontars, "selon les rumeurs, je suis déjà mort une fois" s'amuse aujourd'hui Mickaël. Les bruits de couloirs les ont aussi vus divorcer, l'un s'occupant d'une boutique, l'autre de la seconde "et on a perdu des clients comme ça". 

Dans la petite commune de Valençay, l'intégration a été difficile "on n'était pas du coin, différents". Le co-gérant veut partir la tête haute et sans être "revanchard", mais il reconnaît que les stéréotypes ont parfois eu la vie dure "mais on ne part pas à cause de quelques personnes malveillantes". 

Le tout maison, ou rien du tout

Dans cet antre du "tout fait maison", il a fallu choisir entre importer des produits industriels pour baisser les coups, et mettre la clé sous la porte. Forcé de constater que la première option n'en était pas une "on perdait notre âme en faisant ça".

Tout est dans le nom "on s'appelle Castel' praliné parce qu'on fait tous nos pralinés à l'ancienne. Amandes et noisettes dans un sirop de sucre, ça, c'est l'original". Le tout décliné sur plusieurs fruits, avec des recettes qui sortaient du chapeau de Joël Boyer-Pereira, le chocolatier.

Il ne faut pas le vivre comme un échec parce que ça ne vient pas de nous. Ce n'est pas nous qui avons amené cette situation là, c'est plutôt une frustration.

Mickaël Boyer-Pereira, l'un des deux gérants de Castel' Praliné

Celle d'avoir formé plusieurs apprentis, construit cette entreprise pour finalement ne pas la faire perdurer. Jusqu'à l'annonce de la fermeture définitive, le 2 janvier 2024, neuf salariés travaillaient pour l'entreprise. 

Un avenir encore flou

Mickaël est ingénieur dans le bâtiment "donc je vais retrouver un poste" affirme-t-il, confiant. Pour son mari, Joël, c'est plus compliqué "on va lui laisser 6 mois, le temps de digérer la pilule. Lui c'est le créatif, il aime faire des nouvelles recettes, créer des pièces en chocolat". 

Pour les deux boutiques ? "Ça va être dans les mains du tribunal", le matériel se verra confié à un ou plusieurs acheteurs, et les murs, dont est propriétaire le couple, "on va essayer de bien les vendre, ou d'y mettre un autre artisan". 

"On ne réalise pas vraiment pour l'instant, admet Mickaël. Peut-être que tout deviendra plus réel, une fois les procédures judiciaires terminées. 

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Centre-Val de Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité