Réforme des retraites : un dialogue stérile entre La République en marche et les citoyens à Châteauroux

Une petite dizaine de manifestants ont échangé, non sans véhémence, avec un responsable de La République en marche. / © France 3 Centre-Val de Loire
Une petite dizaine de manifestants ont échangé, non sans véhémence, avec un responsable de La République en marche. / © France 3 Centre-Val de Loire

La République en marche, le parti du président Emmanuel Macron, continue son tour de France pour tenter d'expliquer sa nouvelle réforme des retraites. L'épisode de ce samedi 30 novembre à Châteauroux a débouché sur un débat stérile.

Par Victor Lengronne

Les échanges se poursuivent entre La République en marche (LREM) et ses concitoyens. Le parti présidentiel a organisé sa 13e réunion publique sur la réforme des retraites, ce samedi 30 novembre, à Châteauroux, au lendemain d'une date à Orléans.

Le collectif Châteauroux citoyen était présent en petit comité pour accueillir les dirigeants de LREM. On avait plus l'impression d'assister à un dialogue de sourds qu'à un échange constructif. Chacun semblait camper sur ses positions.
 

 

Tout ce qu'il faut savoir sur la réforme des retraites
 

Les membres du collectif craignent l'abandon du système par répartition : "Par exemplen, pour les enseignants agrégés, qui gagnent autour de 3 000 euros net par mois, ils vont devoir mettre de côté de l'argent pour leur propre retraite. Et la solidarité n'existe plus", regrette Dominique Devigiver, ancien enseignant outré par les vidéos d'En Marche sur la réforme des retraites.
 

François Jolivet présent


S'en est suivie la réunion publique en compagnie de Laurent Pietraszewski, député de la 11e circonscription du Nord. "J'essaie de faire preuve de pédagogie par rapport aux propositions. Il y a de l'inquiétude. La retraite est un temps de vie plus inquiétant que le temps où on est actif. Ca nous touche tous individuellement." Le député de l'Inde François Jolivet était présent.
 


Une trentaine de badauds, venus avec leurs interrogations et leurs craintes, ont assisté à la réunion. Pas sûr qu'ils en soient sortis plus rassurés.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus