Indre: la réserve zoologique de la Haute-Touche rouvre, l’entrée est gratuite aux enfants de moins de 13 ans ce week-end

Parmi les nombreuses réouvertures qui s’enchaînent, et qui peuvent faire un but de promenade pour un long week-end, celle de la Réserve de la Haute-Touche. Le plus grand parc zoologique français, accueille 1500 animaux des cinq continents dans un parc boisé  de cinq cents hectares.

Visite privée à la Réserve Zoologique de la Haute Touche.
Visite privée à la Réserve Zoologique de la Haute Touche. © Réserve Zoologique de la Haute Touche

C’est un lieu où les visiteurs peuvent s’installer pour plusieurs heures sans voir le temps passer. A pied, en bicyclette ou en golfette, la meilleure découverte des animaux et des raisons qui font qu’ils se trouvent en ces lieux est la préoccupation majeure des responsables. Chaque année, il y a des nouveautés, et malgré la pandémie, 2021 ne fera pas exception.

De nouvelles espèces africaines

La Haute-Touche présente cette saison deux nouvelles espèces : le guib d’eau et le potamochère. La première, aussi appelée sitatunga, est une antilope occupant les zones humides d’Afrique Centrale. Elle possède la particularité d’être parfaitement adaptée aux milieux marécageux. Elle peut par exemple se camoufler et se protéger des prédateurs en s’immergeant partiellement ou totalement. Elle nage assez vite, possédant des sabots semi-palmés et un pelage hydrofuge, la protégeant de l’humidité.

A la Haute-Touche, vous pourrez les voir dans l’étang africain, dans l’enclos qu’elles partagent avec les ibis sacrés, marabouts d’Afrique, grues couronnées, ou cigognes blanches. Bien que l'animal soit classé peu concerné par les dangers d’extinction, dans certaines zones importantes de son aire de répartition, ses populations diminuent drastiquement. La perte d'habitat, qui se traduit notamment par la disparition progressive des zones humides, est la menace la plus grave pour la survie des sitatungas. A noter que deux premières naissances sont venues tout récemment enrichir le groupe.

Les potamochères, sorte de petit cochon sauvage très coloré, occupera aussi l’enclos. Leur activité favorite : creuser la terre à la recherche de racines et de tubercules, pour compléter leur régime omnivore. La plus grande menace pour les potamochères en milieu naturel demeure la chasse car ces animaux sont l'une des principales ressources de viande de brousse commercée dans la majeure partie de l'Afrique centrale. Nouveaux venus, ils doivent s’habituer à leur nouvel habitat.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Ivan Le Roux 🇨🇵 (@ivan.leroux.5492)

"Les seuls animaux chez qui on voit vraiment une différence (avec le retour des visiteurs) ce sont les nouveaux, qui ont pris leurs marques dans les enclos où il n’y avait aucune fréquentation humaine, et qui aujourd’hui doivent reprendre leurs marques à nouveau, et occuper l’enclos différemment en présence des humains" nous confie Patrick Roux, éthologue au Parc. "Les autres sont habitués à ce rythme saisonnier, avec et sans visiteurs, puisque le parc est fermé l’hiver".

La visite privilège

C’est une nouveauté, expérimentée l’année dernière, et désormais qui figure en bonne place dans le catalogue des propositions de la saison : la visite privilège. Le parc propose de vivre en famille des instants inoubliables avec les pensionnaires ! Le visiteur pourra choisir parmi les thématiques suivantes :

Le principe en est simple nous détaille Patrick Roux. "Les visites privilège, ce sont vraiment des visites ouvertes à un public familial. On y avait pensé pour éviter tout risque de contamination, ce sont des familles de cinq personnes maximum,  qui ont un contact privilégié avec l’animatrice ou moi, ils arrivent tôt le matin, avant l’ouverture du parc au public, on choisit les  thèmes, et surtout on va dans des endroits où le public n’a pas accès".

L’entrée sera gratuite aux enfants de moins de 13 ans jusqu’à lundi midi.

Concernant la fréquentation de ces premiers jours de réouverture, gâchée par le mauvais temps, Patrick Roux met beaucoup d’espoir dans ce week-end.

Parrainer un animal ? C'est possible !

Pour soutenir la Réserve et s'engager en faveur de la biodiversité, du 24 mai au 25 juin 2021, parrainez un animal sur : kisskissbankbank. Les fonds collectés permettront de financer le projet d’extension de l’enclos des tigres de Sumatra. Cet espace nécessite d’être agrandi; non seulement pour garantir le bien-être des animaux déjà présents, mais aussi pour anticiper les naissances potentielles à venir !

Participez au projet d'extension de l'enclos des tigres du Sumatra.
Participez au projet d'extension de l'enclos des tigres du Sumatra. © Réserve Zoologique de la Haute Touche

Le tigre de Sumatra est classé "en danger critique d’extinction" par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) depuis 2008 : on en compterait aujourd'hui seulement 400 à l'état sauvage.

Le reportage de Céline Durchon et Coralie Pierre :

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature zoo idées de sorties sorties et loisirs famille société