Pourquoi l'Escale, restaurant et institution sur la route des vacances, fermera 14 jours en août ?

Ouvert toute l'année, le restaurant l’Escale, près de Châteauroux, est le plus grand resto routier de France. Les camionneurs affluent nuit et jour. Pour la première de son histoire, cette véritable institution sur la route des vacances, sera fermée du 7 au 20 août prochain.

C'est "La Mecque" des routiers pour les chauffeurs de poids lourds et un arrêt sur la route du soleil pour les vacanciers. Malheureusement cette année, grande première historique, le restaurant sera fermée entre le 7 et le 20 août, faute de personnel.

Depuis 18 ans, à la tête du routier située à Déols au nord de Châteauroux le long de l'A 20, Dominique Thomas, le patron de l'Escale, n'avait jamais vu ça, même si la situation est de plus en plus compliquée depuis la crise Covid.

On n'est pas assez nombreux pour distribuer les CP (NDLR : les Congés Payés), donc je suis obligé de fermer pour que tout le monde puisse se reposer.

ajoute-t-il, le cœur serré.

"Je suis déçu, fataliste, mais pragmatique", précise-t-il par téléphone.

"Plus personne ne veut travailler dans la restauration"

Hormis pendant la crise sanitaire, L'Escale, n'avait jamais fermé auparavant. C'est un principe pour cette institution qui fût longtemps ouverte 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 depuis 1937 ! Déjà un cap a été franchi après le Covid, le dimanche soir l'établissement est désormais fermé. Et en semaine, le service n'est plus ouvert toute la nuit comme avant. "Avant le Covid, j'avais une trentaine de serveurs pour 24 cuisiniers" rappelle Domique Thomas, le patron, avant d'ajouter : "en ce moment, j'ai 18 serveurs pour autant de cuisiniers".

En cette année 2023, un autre cap a été franchi : il manque du personnel en salle et en cuisine : trois personnes pour le service et trois cuisiniers pour pouvoir assurer l'activité et permettre aux permanents de pouvoir partir en congés. Mais pour lui, le problème est beaucoup plus grave, c'est un problème de mentalité et de société : "Plus personne ne veut travailler dans la restauration", explique-t-il dépité. "C'est dans l'ordre des choses malheureusement, mais il y a un énorme décalage. Les gens ne veulent pas travailler, ils préfèrent faire semblant sur les réseaux sociaux, nous, nous sommes dans la réalité."

Un fléau dans la restauration

Le constat est amer, mais il est le même partout : nombreux sont les restaurants, les établissements obligés de fermer faute de main-d’œuvre. D'autres réduisent drastiquement leurs horaires d'ouverture pour maintenir comme ils peuvent un minimum d'activité. Même si en période normale, le restaurant fait 500 à 600 couverts, quelque chose est en train de changer sur le parking de L'Escale.

Pour les chauffeurs poids lourds, habitués à faire une pause bien méritée dans l'Indre, ils ne pourront donc pas mi-août prendre une douche et "vider leur sac" sur le zinc dans ce routier, l'un des plus grands d'Europe. Le patron, lui, veut garder le sourire malgré tout : "en septembre, nous serons là et nous ferons toujours autant de couverts".