Indre : une opération unique en France dans l’hôtellerie-restauration pour les femmes victimes de violence

Les professionnels, la Préfecture de l’Indre et l’association Solidarité Accueil lancent du 25 novembre au 25 décembre, une opération inédite en France dans la lutte contre les violences faites aux femmes. En proposant aux clients de majorer d’un euro leur addition.

Gonfler l'addition pour sauver des vies. Entre le 25 novembre et le 25 décembre, tout client de bar, de restaurant, d’hôtel ou de discothèque, sera sollicité par les professionnels au moment de payer l’addition. Une opération orchestrée par la Préfecture de l’Indre, l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (UMIH) ainsi que l’association Solidarité Accueil. Avec un double objectif : recueillir des dons et alerter et sensibiliser sur la  situation des femmes victimes de violences. La date de lancement de l’opération, le 25 novembre, coïncide d’ailleurs avec la Journée Internationale pour l’élimination de la violence faites aux femmes.

Un euro supplémentaire sur l’addition

Dans certains magasins ou supermarchés, on vous demande si vous souhaitez arrondir votre facture à l’euro supérieur, pour faire un don de quelques centimes pour une association ou une ONG. Même idée ici : les professionnels pourront demander aux clients s'ils souhaitent ajouter un euro à leur addition pour participer à l'opération.

C’est l’UMIH qui centralisera les dons pour les reverser à l’association locale Solidarité Accueil. Tous les professionnels de l’Indre, adhérents ou non de l’UMIH, sont invités à participer à l’opération. L’hôtellerie restauration est un secteur qui brasse toutes les générations et tous les milieux socio-professionnels. Et comme le rappelle le Préfet de l’Indre et la Présidente de l’UMIH dans le courrier adressé aux professionnels, "la lutte contre les violences faites aux femmes est un défi collectif majeur".

Une constatation que les derniers chiffres qui viennent d’être publiés par le ministère de l’Intérieur confirment. Avec une augmentation de 10% des violences conjugales enregistrées par les gendarmes et les policiers pour l’année 2020, des chiffres qui n’incluent pas les féminicides, la situation reste très tendue en métropole et outremer sur la question de la violence. En 2020, 159 400 personnes, dont 87% de femmes ont été victimes de violences conjugales, toujours d’après ces chiffres. Dans l'Indre, selon la Préfecture, 400 femmes ont été victimes de violences depuis le début de l'année.        

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence conjugale société gastronomie culture