L'économie et les jeunes, deux grands thèmes, abordés avant le 1er tour des élections régionales

Nos journalistes Marine Demazure et Christophe Carin ont reçu, sur le plateau de France 3 Centre-Val de Loire, les cinq principales têtes de liste aux élections régionales. Ils ont abordé avec les candidats leurs projets et leurs programmes.  

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Le développement économique

Le développement économique est une des principales compétences de la région. La croissance et l'emploi sont des préoccupations majeures pour les citoyens qu'ils soient chefs d'entreprises, salariés, porteurs de projets ou chômeurs. 

François Bonneau tête de liste PS-PRG-CAP 21-UDE souhaite soutenir l’innovation et la formation. Il explique : "Il faut savoir si pour demain, il y a des priorités à dégager pour aller plus loin dans le développement économique et dans l’emploi. Oui, pour répondre aux défis d’aujourd’hui, il y a des actions à engager très fortement. L’innovation dans les PME est déterminante, c’est la raison pour laquelle nous engageons dans cette région un programme qui fera que les sommes consacrées à l’innovation, notamment dans les PME, 20 millions de plus dans les cinq ans qui viennent". Puis il ajoute : "Quand je vais voir les chefs d’entreprises, les artisans, ils me parlent du contexte général. Ils me parlent aussi de la formation et me disent que dans ce domaine, ce que la région a engagé pour l’apprentissage c’est fort et qu’il faut continuer à le faire. Il faut former les demandeurs d’emploi, prendre en compte la réalité des entreprises et y répondre concrètement".

Philippe Loiseau, tête de liste du FN réagit. Il déclare : "Quand j’entends les propos du candidat du Front de Gauche qui critique la politique menée au plan national et au plan européen. Et quand on sait qu’entre les deux tours il y aura une fusion entre ces deux partis, PS et FDG, c’est incohérent. Nicolas Sansu critique la politique menée par François Bonneau et dans le même temps vous allez fusionner pour essayer de diriger cette région, c’est incohérent. Quand Monsieur Bonneau parle de la construction de deux lycées et de 500 emplois aidés, dans son programme, ce ne sont pas des emplois durables". Puis il ajoute : "Je trouve regrettable que sur le plan économique nous ne parlions pas de l'agriculture..." Ce à quoi répondent nos journalistes : "Nous allons y venir Monsieur Loiseau".

Philippe Vigier, tête de liste LR-UDI-MODEM regrette la suppression de la TVA compétitivité. Il déclare : "Sur la lecture du chômage en France et en région. Il y a double responsabilité. La TVA compétitivité qui avait été mise en place par Nicolas Sarkozy, certes tardivement, quand la gauche est arrivée au pouvoir elle l’a supprimée. Il y a quatre mois, le président de la République, lui-même, a déclaré nous avons fait une erreur, nous n’aurions pas dû faire cela. C’était le seul moyen tout le monde le reconnaît maintenant de baisser massivement le coup du travail. Je suis sensible à l’argument de Nicolas Sansu qui permettait en baissant le coût du travail de baisser les cotisations salariales. Cela voulait dire que la feuille de paie augmentait. En 2014, François Bonneau, avec ce gouvernement, il y a eu une baisse du pouvoir d’achat en France donc la responsabilité est nationale. On voit la même erreur avec la réforme du code du travail. Attendez ce n’est pas urgent, 40.000 chômeurs de plus la semaine dernière, nous verrons cela en 2016 … c’est une faute politique. Dans la région, François Bonneau vous avez également votre responsabilité, je ne dit pas que vous n’avez rien fait je dis simplement que vous n’avez pas assez fait".

L'enseignement, l'éducation et la formation 

Éducation, transports, formation… Les 18-25 ans sont l’avenir de notre région. Les candidats aux élections régionales en ont bien conscience et ont des projets pour aider et soutenir les jeunes. 

Nicolas Sansu tête de liste régionale FDG-MRC souhaite renforcer la mobilité et le maillage ferroviaire. Il explique : « la Région s’occupe de la mobilité. L’effort qui a été fait sur le ferroviaire par la majorité de gauche et par le vice-président des transports, a été reconnu. Des centaines de millions d’euros ont été investis. Le TER s’est développé». Selon lui, il faut continuer ce développement. Il souligne : "On a deux universités Tours et Orléans. On a besoin d’un maillage territorial. Je suis allé à Montargis hier (NDLR : 1er décembre), ce n’est pas possible que Montargis ne soit pas relié à Orléans. Il a aujourd’hui un engagement pour aller jusqu’à Châteauneuf, il faut aller jusqu’à Montargis. Chartres doit également être relié à Orléans par le ferroviaire. Cela permettra de mettre en place un maillage sur l’enseignement supérieur et permettra à notre jeunesse de rester dans la région et de s’épanouir". Il ajoute: "c’est pour cela aussi, que nous proposons aux lycéens la gratuité des transports scolaires".

Charles Fournier tête de liste régionale d'EELV-Nouvelle Donne souhaite accompagner les jeunes. Il déclare : "Il faut accompagner les jeunes vers l’âge adulte. Dans notre région, on a plus de 20% des jeunes qui sont autour du seuil de pauvreté. On a un véritable enjeu autour de cette jeunesse là. Il y a des jeunesses, il n’y a pas une jeunesse uniforme". Selon lui, il faut organiser le dialogue. "La région a fait des choses en mettant en place la conférence régionale de la jeunesse. Je crois qu’il faut aller plus loin. Je crois qu’il faut accompagner ces transitions, en allant plus loin que la garantie jeunesse, qui permet lorsqu’un jeune décroche ou perd son emploi de lui proposer dans un délai de quatre mois, un stage ou une formation.  Il faut développer les activités de volontariat, de mobilité internationale, de monter un projet ou de faire un stage".

VOIR L'INTÉGRALITÉ DU DÉBAT :