Agriculteurs en colère : le convoi vers Rungis bloqué dans le Loiret, des blindés bientôt sur place

Le convoi des agriculteurs en colère, parti du Sud-Ouest, a quitté Pierrefitte-sur-Sauldre ce mercredi 31 janvier matin. Direction le marché de gros de Rungis, au sud de Paris. Mais les véhicules sont bloqués par les gendarmes au niveau des ponts sur la Loire dans le Loiret.

Objectif : Rungis. Le convoi d'agriculteurs parti du Sud-Ouest à l'appel de la Coordination rurale a repris la route en direction du marché de gros, situé dans le Val-de-Marne, ce mercredi 31 janvier au matin. Peu avant 8h, les agriculteurs ont quitté leur camp de Pierrefitte-sur-Sauldre, en Sologne loir-et-chérienne, où ils ont pu passer la nuit.

Pour atteindre la région parisienne, le convoi, qui compte 200 à 300 tracteurs (entre 400 et 500 selon les organisateurs), avait prévu de contourner Orléans par l'est. Mais il a été stoppé au niveau de la Loire par un important dispositif des forces de l'ordre.

Les blindés sont en route

En effet, des barrages de gendarmes sont en place sur tous les ponts du département du Loiret en aval d'Orléans : à Jargeau, Châteauneuf-sur-Loire, Sully-sur-Loire, et sur les deux ponts de Gien. Le barrage est assuré depuis 7h, sur le vieux pont de Gien, par un peloton venu d'Antibes, dans les Alpes-Maritimes. Seuls les piétons et les véhicules prioritaires sont autorisés à passer.

Selon l'entourage du ministère de l'Intérieur, des renforts de véhicules blindés Centaure ont été envoyés dans le Loiret, à la demande de Gérald Darmanin. Un renfort "uniquement dans une posture défensive" et avec "grande modération".

Vers 13h, les services de la préfète de la région Centre-Val de Loire et du département du Loiret ont indiqué que deux ponts sur les quatre d'Orléans, Thinat et Georges V, étaient actuellement fermés "au regard de la présence de tracteurs au sud de la Loire". Le pont de l'Europe est également fermé. La circulation sur le pont Joffre, qui lui reste ouvert, est fortement perturbée comme l'attestent nos confrères d'Orléans Actu.

Soutien populaire

Le convoi est resté cette nuit chez un agriculteur sympathisant du mouvement, après avoir quitté les environs de Limoges mardi matin. Parti lundi d'Agen à une trentaine de tracteurs, le cortège n'a cessé de s'allonger le long de la route. Sur leur parcours, les agriculteurs ont successivement été rejoints par des confrères et sympathisants.

Ce mardi 30 janvier, le convoi a quitté l'autoroute A20 aux environs de Châteauroux, et a sillonné pendant plusieurs heures des petites routes, étroitement encadré par les forces de l'ordre. Les gendarmes ont tenté à deux reprises de stopper leur progression. Mais les agriculteurs expliquent être parvenus à les contourner. Dans les villages traversés, beaucoup d'habitants sont sortis pour saluer le convoi et applaudir son passage, en brandissant parfois des drapeaux français.

La Coordination rurale n'a pas souhaité communiquer sur le trajet prévu en direction de Rungis. Là-bas, les forces de l'ordre ont déployé des blindés, dans l'optique de dissuader les manifestants de bloquer le marché.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Centre-Val de Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité