Loir-et-Cher : un vaste trafic de cocaïne et de cannabis démantelé, cinq personnes arrêtées

Le parquet de Blois a annoncé ce lundi 27 septembre le démantèlement d'un réseau de trafic de stupéfiants basé à Blois au cours de la semaine passée.

Le procureur de la République de Blois Frédéric Chevallier a annoncé ce lundi 27 septembre le démantèlement d'un vaste réseau de trafic de stupéfiant, l'arrestation de cinq personnes dont deux à Blois et la saisie de plus de 250 000 euros et 240 kilos de drogues. L'opération a été menée par le service de police judiciaire de Tours et la Direction départementale de la sécurité de Blois (DDSP 41), d'abord sous l'autorité du procureur puis sous celle d'un juge d'instruction du tribunal judiciaire de Blois.

Un trafic remontant jusqu'au Maroc

L'enquête avait commencé par des "investigations menées sur la commune de Blois depuis quelques mois", précise le parquet, "au terme desquelles il était observé des échanges de produits et d'argent entre différents protagonistes". En provenance du Maroc, de large quantités de cannabis et de cocaïne transitent par l'Espagne, selon les découvertes des enquêteurs.

Le transporteur s’arrêtait d’abord en région bordelaise puis en région Centre-Val de Loire afin d’approvisionner en grosses quantités – plusieurs dizaines de kilogrammes de cannabis – des grossistes qui ensuite revendaient à d’autres qui se chargeaient d’approvisionner des lieux de trafics régionaux puis du département de Loir-et- Cher.

Frédéric Chevallier

Procureur de la République de Blois

Au cours de la semaine du 22 septembre, un camion est intercepté par les forces de l'ordre dans la région de Bordeaux. 200 kilos de résine de cannabis sont saisis, ainsi que 6500 "en rapport direct avec ces produits" et le chauffeur est interpelé. Un deuxième homme, qui tente de fuir après avoir pris possession "d'une quarantaine de kilogrammes de cannabis" percute un véhicule de police et est arrêté à son tour.  Un troisième est interpelé peu de temps après, toujours en région bordelaise. A son domicile, les enquêteurs découvrent "135 000 euros, 10 cartouches de 9mm et de 357 magnum", auxquels il faut ajouter 111 400 euros trouvés au domicile de ses parents, cette fois en région Centre-Val de Loire.

Les deux derniers suspects sont enfin interpelés à Blois, et les enquêteurs saisissent à nouveau de la drogue et des armes chez eux, dont "un revolver Manhurin approvisionné de 4 cartouches de 357 magnum et 2920 euros". "Des véhicules, des produits de luxe (des montres notamment), une dizaine de téléphones portables et un ordinateur portable étaient également saisis", précise le parquet. Au total, 256 360 euros auront été saisis, ainsi que 236 kilos de résine de cannabis, 3,4 kilos d'herbe de cannabis, 81 grammes de cocaïne et des produits de coupe.

Après des gardes à vue prolongées de quatre-vingt-seize heures, les cinq personnes interpelées ont été présentées au magistrat instructeur et mises en examen pour "importation, "acquisition, transport, détention, offre ou cession de produits stupéfiants" et placées en détention provisoire. Les cinq individus risquent jusqu'à dix ans de prison et 7 500 000 euros d'amende. Les investigations, précise le parquet, se poursuivent "afin de préciser le rôle exact tenu par chacun dans ce trafic"

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers drogue justice société