Municipales 2020 : à Blois, Marc Gricourt rassemble la gauche pour viser un 3e mandat

Le maire sortant de Blois, Marc Gricourt (PS), est parvenu à former une alliance qui réunit quasiment tous les partis de gauche. Alors qu'il se présente pour un troisième mandat, il compte prendre un virage écologique pour redynamiser sa ville.
Marc Gricourt, maire PS de Blois (Loir-et-Cher)
Marc Gricourt, maire PS de Blois (Loir-et-Cher) © France 3 Centre-Val de Loire

Il se présente comme le "candidat de la gauche et du large rassemblement". Marc Gricourt est parvenu à mettre (presque) tous les groupes de gauche d'accord pour qu'ils le suivent vers un troisième mandat à la mairie de Blois. Le Parti socialiste (PS), Europe Ecologie Les Vert (EELV), le Parti communiste, Place publique, Génération.s... Ils seront tous sur la liste municipale du maire sortant. 

Plus du tout de plastique en 2022 à la mairie de Blois

Sur sa liste, Marc Gricourt laissera une plus large place aux écologistes. Avec 9 sièges (soit 22% de la majorité), les élus écologistes et le reste de la liste pourrront se mobiliser pour mettre en oeuvre un programme écolo. Marc Gricourt admet qu'avec les "enjeux majeurs d'aujourd'hui lié aux questions climatiques", il a une "ambition plus grande dans ce domaine".

Il mentionne notamment le "verdissement de la ville, la végétalisation des façades et la préservation de l'eau avec une meilleure gestion de l'arrosage des espaces vert et du nettoyage des espaces publics". Ces petites actions du quotidien sont renforcées par des objectifs plus radicaux comme "plus du tout de plastique dans la collectivité au 1er janvier 2022" et "au moins 30% de véhicules sans dégagement de CO2 en 2026" dans la flotte automobile de la mairie.

 



Les idées écologistes séduisent de plus en plus de monde. Mais dans l'alliance qu'a présenté Marc Gricourt samedi 16 novembre lors de l'inauguration de sa permanence de campagne, il n'a pas mentionné La France insoumise. Le maire de Blois a tenté de nous expliquer leur absence :

J’ai rencontré dès le printemps dernier l’ensemble des formations qui composent la gauche. LFI a participé à un travail de réflexion collectif initié par ces différentes formations. Il n’y a pas eu de refus de leur part de nous rejoindre. Mais ensuite, ils ont signifié aux autres qu’ils ne souhaitaient pas participer à l’équipe municipale.

Il n'exclut pas cependant de les recontacter pour s'assurer de leur décision, qui selon lui, va à l'encontre de la direction nationale du mouvement qui a indiqué que LFI suivraient les listes de gauches et de mouvements citoyens. 

"Impulser une dynamique au niveau national"

Malgré ce refus, Marc Gricourt ne doute pas que son alliance des gauches est de bon présage pour le monde politique français. "Je veux faire de Blois un exemple de la capacité à réunir toute la gauche et l’ouvrir, déclare-t-il. La constitution de ma liste en sera la démonstration. Je suis convaincu que les expériences territoriales à l’échelle d’une commune peuvent impulser une dynamique au niveau national." 

Les alliances que nous réussissons dans nos territoires peuvent entrainer la prise de conscience d’une nécessité de nous réunir pour les échéances nationales futures. Aucune force ne pourra gagner seule.

Si les "échéances nationales" sont encore loin - comprenez l'élection présidentielle de 2022 - Marc Gricourt est persuadé qu'"il faudra que surgisse une personnalité de gauche qui pourra rassembler tout le monde". A-t-il déjà un nom en tête ? Christiane Taubira, nous répond-il, "mais je ne sais pas si elle en a envie, c'est un ressenti personnel". Cela pourrait être également "une personnalité qu'on ne connait pas encore aujourd'hui et qui peut émerger au lendemain des éelctions municipales". 

Qui sont les autres candidats à Blois ?

A Blois, ils sont nombreux à avoir déjà déclaré leur candidature pour les élections municipales de mars 2020. A droite, Malik Benakcha est soutenu par Les Républicains et notamment par Guillaume Peltier, président de la fédération LR du Loir-et-Cher, et Nicolas Perruchot (maire de Blois à 2001 à 2008, détrôné par Marc Gricourt, et actuellement président du Conseil départemental du Loir-et-Cher).

 
La majorité sera représentée par Etienne Panchout (MoDem). La République en Marche (LREM) a apporté son soutien à ce masseur-kinésithérapeute en septembre dernier

Du côté du Rassemblement National (RN), c'est Mathilde Paris qui prend la tête de liste. Cette femme de 34 ans est conseillère régionale et membre du conseil municipal de Blois. Elle fait également partie du bureau national du RN.

Deux candidats se présentent sans étiquette : Gildas Vieira, élu en 2014 sur la liste du maire actuel et Franck Prêtre, l'ancien directeur du CFA BTP de la ville. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections parti socialiste