Tentative de féminicide à Blois : la victime s'était présentée au commissariat deux heures plus tôt

Un homme est placé en détention provisoire, il a reconnu avoir porté les coups qui ont placé son ex-compagne dans le coma, mardi 13 décembre à Blois. Deux heures avant son agression, la jeune femme s'était présentée au commissariat.

Elle était en train de réunir les preuves pour porter plainte contre l'homme qu'elle venait de quitter, pour violences conjugales. Elle avait notamment changé de numéro de téléphone quelques jours plus tôt, pour qu'il cesse de la contacter.

Tout cela, ce n'est pas cette femme de 24 ans qui le raconte, mais ses proches. Elle, est actuellement plongée dans le coma, après avoir été violemment frappée dans le hall d'un immeuble. Des faits reconnus par son ex conjoint. Deux heures plus tôt, elle s'était présentée au commissariat de police de Blois, qui l'a invitée à se "représenter le lendemain", indique Charlotte Beluet, procureure de la République. François Pesneau, préfet de Loir-et-Cher, indique que l'IGPN a été saisie :"afin de connaître précisément" les conditions de cet accueil au commissariat. 

Inconsciente

Mardi 13 décembre, après 19h, la jeune femme est retrouvée, "inconsciente et grièvement blessée au niveau de la tête", indique le parquet. Tout porte à croire alors que son ex de 27 ans, connu de la justice, est l'auteur des faits. Il est interpellé deux jours plus tard, le 15 décembre, dans les Yvelines. Pendant son audition, il reconnaît tout, niant toute intention de tuer. 

Dans un communiqué à la presse, Charlotte Beluet, détaille : "Il a reconnu avoir « violemment » tiré en arrière son ancienne compagne vers le hall d'entrée, la faisant tomber au sol, puis lui avoir donné plusieurs coups de pied « d’écrasement » dans la tête".

L'homme soupçonné d'être l'auteur des faits a été déféré ce vendredi, et placé en détention provisoire. Une information judiciaire est ouverte contre lui pour : " tentative de meurtre par une personne ayant été le concubin de la victime". Une qualification susceptible d'évoluer, puisque la jeune victime est toujours dans le coma. 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité