Tout ce que l'on sait de l'accident qui a causé la mort de Yanis et provoqué une nuit de violences à Blois

Dans un communiqué détaillé, le procureur de la République revient sur la collision qui a eu plusieurs conséquences tragiques, dont la mort du jeune Yanis, 16 ans, passager arrière du véhicule.

Une pancarte "Repose en paix Yanis", lors de la marche blanche.
Une pancarte "Repose en paix Yanis", lors de la marche blanche. © France Televisions

On connaît désormais le déroulé exact de l'accident mortel qui a eu lieu sur l'avenue de France à Blois, ce 16 mars. Survenu à la suite d'une course-poursuite avec les forces de l'ordre, la collision avait provoqué une nuit de violences dans les quartiers nord de la ville, et alimenté de nombreux fantasmes et allégations.

Il est 18h24 lorsqu'une voiture banalisée de la DDSP, présente pour faire respecter le couvre-feu, remarquent une Golf qui circule à vive allure et vient de griller un feu rouge. A l'intérieur, trois personnes dont Yanis, assis sur la banquette arrière. Aucun des trois ne porte de ceinture de sécurité. La voiture de police allume donc feux et sirènes, pour exiger du conducteur qu'il se range. Mais au lieu d'obtempérer, le conducteur choisit la fuite : il grille plusieurs feux rouges, se déporte à gauche...

La police abandonne une minute avant l'impact

A 18h42, un message radio demande aux voitures de police engagées de cesser la poursuite, estimant qu'elle devient trop dangereuse, ordre qui aurait été immédiatement suivi. L'accident, lui, est annoncé à 18h43.

Ce faible laps de temps n'empêche pas le parquet d'écrire : "Il est objectivement établi, à ce moment de l’enquête en cours, qu’au moment de l’accident, le véhicule Golf n’était plus poursuivi par quel que véhicule de police que ce soit." Pour toute transparence, l'ensemble des échanges radio de la police ont été "saisis, retranscrits et intégrés dans l’enquête". Le conducteur, un jeune majeur, aurait également confirmé cet élément en garde-à-vue.

"En dépit de cette certitude, le conducteur de la Golf franchit, de nouveau (...) une intersection tandis que le feu de sa voie de circulation est au rouge fixe" poursuit le procureur. Il emboutit alors deux voitures qui viennent de démarrer au feu vert, à sa perpendiculaire. Les deux conductrices étaient choquées, mais leurs jours ne sont pas en danger. Elles ont toutes les deux déposé plainte.

Blessé, le jeune conducteur est pris en charge immédiatemment, ainsi que Yanis, incarcéré dans le véhicule, et qui succombera à ses blessures à l'hôpital Trousseau quelques jours plus tard. Le passager avant, d'abord confondu avec le conducteur et entendu pour non-assistance à personne en danger, puisqu'il avait pris la fuite a affirmé qu'il s'était immédiatemment rendu chez son père, résidant à proximité, pour justement obtenir de l'aide.

"Sa famille aura des explications" : le conducteur reconnaît sa faute

Entendu, le conducteur a reconnu ses responsabilités. "Ça fait un poids en moins, comme cela sa famille aura des explications. Je me mets à sa place et à celle de sa famille, ma mère aurait voulu des explications, donc la sienne aussi" a déclaré le jeune homme, qui n'a pas voulu obtempérer lors du contrôle car il roulait sans permis. Il était déjà connu des services de police pour ces faits. Ses analyses sanguines étaient positives au cannabis, une substance qui peut laisser des traces plus de 24h après consommation.

"Le jeune homme majeur, conducteur du véhicule, et le mineur, passager qui avait pris la fuite, ont été présentés samedi 20 mars 2021au parquet de Blois, et mis en examen, le premier, pour les faits de refus d’obtempérer, d’homicide et blessures involontaires aggravés, le second pour la non-assistance à personne en danger" conclut le parquet. Dans l'attente de leur procès, l'un a été placé en détention provisoire, l'autre dans un foyer éducatif en dehors du département.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers accident justice société