Confinement : dans le Loir-et-Cher, des cours virtuels et interactifs autour d'une cuisine “saine et durable”

Échanges et partages de savoir-faire culinaire en direct sur Facebook. / © Nathanaël Lemaire / France Télévisions
Échanges et partages de savoir-faire culinaire en direct sur Facebook. / © Nathanaël Lemaire / France Télévisions

À Vallières-les-Grandes (Loir-et-Cher), l'entreprise "La Grange aux savoir-faire" a dû interrompre ses stages de cuisine pour une alimentation saine et durable avec le confinement. Les réseaux sociaux ont pris le relais avec succès grâce à des "lives" interactifs.

Par Nathanael Lemaire

Dans une ferme du Loir-et-Cher, entre Loire et vignobles, La Grange aux savoir-faire développe depuis 3 ans des ateliers culinaires.

Avec leurs stagiaires et des artisans locaux, Julie Hauwuy et Guillaume Mignard prônent une réappropriation de notre alimentation à travers le partage de savoir-faire.

La crise sanitaire liée au Covid-19 les a privés de ces moments de rencontres autour de leur grande table de cuisine. Un coup dur qu'ils ont surmonté et même valorisé, pour adresser leur message militant dans le monde entier à travers des lives interactifs sur les réseaux sociaux.
Pas de stagiaires, mais des internautes en cuisine. / © Nathanaël Lemaire / France Télévisions
Pas de stagiaires, mais des internautes en cuisine. / © Nathanaël Lemaire / France Télévisions
Le "fait-maison" sur Facebook et Instagram rencontre un large public en cette période de confinement et de questionnement. Des "rendez-vous cuisine" virtuels qui aident aussi l'entreprise a passer le cap difficile de l'absence de stagiaires.
Julie Hauwuy en direct Facebook dans sa cuisine. / © Nathanaël Lemaire / France Télévisions
Julie Hauwuy en direct Facebook dans sa cuisine. / © Nathanaël Lemaire / France Télévisions
Pour Julie Hauwuy, qui réalise en live des conserves de radis, la technologie internet lui permet de partager sa passion : "D'habitude à la Grange avec nos ateliers, ont accueille des vrais gens autour de notre grande table; à chaque fois avec un artisan comme un charcutier, un brasseur, un boulanger, un chocolatier... qui partage son savoir-faire et apprend aux personnes qui sont là à faire différentes recettes.

Avec le confinement et le Covid-19, on ne peut plus accueillir du public et on a eu l'idée d'organiser un direct sur notre page Facebook tous les week-ends. On propose aux gens de nous suivre et on a été étonnés de voir le nombre de connexions.

À travers ces lives, ils réalisent les recettes avec nous en étant chez eux, dans leur cuisine. Avec les messages, on a l'impression qu'ils sont là avec nous, comme si on avait 100 personnes dans notre cuisine qui interagissent avec leurs questions.

Nous, on répond en direct et c'est très vivant. Je n'ai vraiment pas l'impression d'être juste devant un smartphone, c'est un vrai moment de partage, c'est comme d'habitude, quand c'est en vrai."
Réalisation de conserves de radis. / © Nathanaël Lemaire / France Télévisions
Réalisation de conserves de radis. / © Nathanaël Lemaire / France Télévisions
De son coté, Guillaume Mignard, filme sa compagne et surtout relaie les questions des internautes. L'interactivité instantanée permise par les réseaux sociaux les différencie des traditionnelles vidéos de cuisine.

"Quand le confinement est tombé, on a passé des jours terribles à appeler nos clients un à un pour annuler. C'était insupportable, on n'allait pas tenir un mois comme ça !

Ce n'était pas possible de ne pas imaginer autre chose. On a fait un test avec un atelier "faire son pain" dès le premier dimanche de confinement.

On a fait un live de 6 heures autour du pain avec 150 personnes qui nous ont suivi et ont été subjugués. Là, on s'est dit qu'il fallait continuer à maintenir ce lien même sans les voir, même gratuitement.

Avec un téléphone, un micro, on se filme et il y a des gens qui nous suivent du monde entier."
Un simple smartphone pour recréer du lien. / © Nathanaël Lemaire / France Télévisions
Un simple smartphone pour recréer du lien. / © Nathanaël Lemaire / France Télévisions
Ce changement de méthode les faisant passer d'une présence de 8 à 10 stagiaires autour de la table chaque week-end à des centaines de participants en Live Facebook, a été un accélérateur de notoriété pour eux.

Aujourd'hui, ils ont hâte de se retrouver "en vrai", autour de la table avec leurs nouveaux sympathisants. Pour ceux qui sont à l'autre bout du monde, l'idée de la poursuite des lives après le confinement peut être un moyen de partager avec encore plus de monde.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus