Les Républicains : le député du Loir-et-Cher Guillaume Peltier démis de ses fonctions de vice-président

Publié le Mis à jour le
Écrit par Bertrand Mallen
Guillaume Peltier en 2019 au conseil national les Républicains, au siege de LR
Guillaume Peltier en 2019 au conseil national les Républicains, au siege de LR © CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP

Après un rapprochement de trop avec le candidat d'extrême-droite Eric Zemmour, le député LR et conseiller départemental du Loir-et-Cher Guillaume Peltier a été démis de ses fonctions de vice-président du parti ce 7 décembre.

Le comité stratégique des Républicains a démis le député du Loir-et-Cher Guillaume Peltier de sa fonction de vice-président du parti, a appris l'AFP ce 7 décembre, après ses propos favorables vis-à-vis de l'extrême droite et Eric Zemmour, fustigés par des responsables du parti LR. Le maire LR de Saint-Etienne Gaël Perdriau, qui, lui, avait tenu des propos critiques vis-à-vis d'Eric Ciotti, a également perdu son poste de vice-président.

Une rupture franche avec les transfuges pro-Zemmour

Lors du comité stratégique qui se réunissait ce mardi 7 décembre dans la matinée, le président de LR Christian Jacob a notamment annoncé que "Guillaume Peltier et Gaël Perdriau ne sont plus vice-présidents", a indiqué cette source dans un message à l'AFP. Christian Jacob a également annoncé qu'"il met fin au contrat avec Mouvement conservateur", micro-parti anciennement nommé Sens Commun, "et que ses membres sont exclus des instances". Le Mouvement conservateur, présidé par Laurence Trochu, avait annoncé dès la victoire de Valérie Pécresse le 4 décembre vouloir se détacher des Républicains

Aucune raison n'a été précisée pour expliquer le retrait des postes de vice-présidents à Guillaume Peltier et Gaël Perdriau. Mais ces décisions sont prises alors que la fraîchement désignée candidate LR à la présidentielle Valérie Pécresse prône "l'unité" au sein du parti en vue de la présidentielle. Or Guillaume Peltier ne cache plus, depuis plusieurs mois, son attirance pour l'extrême-droite dont il fut militant entre 1996 et 2000. Le 5 décembre, à l'occasion du meeting d'Éric Zemmour, le député du Loir-et-Cher s'est demandé dans un tweet "comment rester insensible au discours pour la France" du polémiste.

"Ta parole n'engage en rien notre famille politique Les Républicains. Le discours d'Eric Zemmour est à mille lieux de nos valeurs. Les militants LR ont choisi sans appel: Valérie Pécresse est notre candidate et nous la ferons gagner", l'a recadré une autre vice-présidente de LR, Agnès Evren, dans un tweet le lendemain.

Ce n'est pas la première fois que Guillaume Peltier provoque l'ire des responsables de LR. Fin mai, il avait assuré "porter les mêmes convictions" que le maire de Béziers Robert Ménard, proche du RN. Ce qui lui avait valu d'être démis de son poste de numéro deux de LR par Christian Jacob. Fin novembre, alors qu'il avait laissé plané le doute sur son ralliement à Éric Zemmour tout en réservant une éventuelle prise de parole à la presse nationale, Guillaume Peltier avait finalement affiché son soutien à Éric Ciotti au congrès du parti. Il avait alors déclaré qu'il ne souhaitait "plus d'étanchéité avec les électeurs d'Éric Zemmour et de Marine Le Pen".

Si Guillaume Peltier s'était affiché trop à droite, Gaël Perdriau, lui, ne l'a peut-être pas été suffisamment. Avant le deuxième tour de vote du congrès LR, le maire de Saint-Étienne avait en effet déclaré que si le député Éric Ciotti était désigné, il quitterait LR.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.