Sport : La Loir-et-Chérienne Marie-Amélie Le Fur publie son autobiographie

Marie-Amélie Le Fur après sa victoire au 400m aux Jeux de Rio, en 2016 / © EPA/MAXPPP
Marie-Amélie Le Fur après sa victoire au 400m aux Jeux de Rio, en 2016 / © EPA/MAXPPP

La sportive paralympique Marie-Amélie Le Fur publie le 8 octobre une autobiographie aux éditions Plume d'Éléphant de Blois intitulée Fais de ta vie un rêve. Dans l'ouvrage, l'athlète handisport revient sur son parcours hors du commun.

Par Bertrand Mallen

"Je ne suis pas quelqu'un d'extraordinaire." Difficile d'y croire, lorsqu'on sait que la Vendômoise Marie-Amélie Le Fur, non contente de poursuivre une carrière sportive de très haut niveau malgré l'amputation de sa jambe gauche, a accumulé trois titres de championne paralympique et quatre titres de championne du monde, notamment en saut en longueur et sur le 400 mètres.
 
 

Le sport chevillé au corps

Dans son autobiographie à paraître le 8 octobre, Fais de ta vie un rêve, la sportive de 31 ans revient sur ce parcours, marqué par son accident de 2004, mais aussi par ses deux médailles d'argent aux Jeux de Pékin en 2008, qui ont sonné pour elle comme une déception. Une ambition, une obsession même, naît alors : celle de "devenir réellement une athlète de haut niveau".

Cela passerait par une hygiène de vie générale plus rigoureuse (sommeil, alimentation, etc.) et par une augmentation de la charge d’entraînements. J’avais conscience que cela nuirait à ma vie sociale étudiante, en m’éloignant de certains amis qui ne comprendraient pas ce choix austère. Malgré tout, j’étais décidée à l’assumer afin de devenir celle que je voulais être : une championne paralympique.

Marie-Amélie Le Fur, extrait de Fais de ta vie un rêve

Des choix de vie austères, mais qui finiront par porter leur fruit : en 2012, à Londres, Marie-Amélie Le Fur décroche enfin sa première médaille d'or paralympique sur le 100m, une victoire qui sonne comme une revanche. 
 

Un parcours humain et lucide

Entre ces quelques moments-clé, la jeune femme raconte avec humour et lucidité son parcours de sportive, mais aussi de personne amputée. Peu de temps après la perte de sa jambe, elle se souvient ainsi "avoir tout de suite dit à mon père que cette jambe en moins serait un gain de temps au moment de m’épiler !"

Ses joies, ses peines, ses combats : voilà ce qu'offre Marie-Amélie Le Fur dans cet ouvrage, qu'elle voit aussi comme une forme d'encouragement adressé aux lecteurs et lectrices pour affronter leurs propres épreuves.

On a tous en soi les ressources nécessaires pour être acteur de sa vie. On a tous les cartes en main. Nourrir cette compétence ou ce talent caché nécessite un écosystème favorable, un entourage. J’ai conscience d’avoir été particulièrement chanceuse de ce point de vue et je remercie du fond du coeur toutes celles et ceux qui m’ont aidée à devenir celle que je suis

Marie-Amélie Le Fur sera l'invitée du JT de France 3 Centre-Val de Loire le 16 octobre.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus