VIDÉO. "On peut perdre une année de travail en une nuit" : comment les viticulteurs se préparent face au risque de gel

durée de la vidéo : 00h01mn48s
En Loir-et-Cher, les viticulteurs se préparent face au risque de gel dans leurs vignes. ©Nathanaël Lemaire / Fantine Dantzer / France Télévisions

Après des chaleurs intenses pour la saison, cette fin de mois d'avril est marquée par une forte baisse des températures en Centre-Val de Loire. Avec, chaque nuit, un risque de gel dans les vignes. Au grand dam des vignerons, dont les cultures résistent mal au froid.

La vigne a pris de l'avance, avec les températures du début du mois. 15 jours d'avance, même. Le retour à la réalité n'en est que plus douloureux. Car le mois d'avril n'est pas encore fini, et des températures proches des -3 degrés ont été mesurées cette nuit du lundi 22 au mardi 23 avril localement en Centre-Val de Loire.

De quoi inquiéter les producteurs de raisin de la région. "À -1 degré, la vigne a beaucoup de difficulté à résister, la tige peut noircir et mourir, explique Delphine Cadoux, viticultrice à Cheverny, en Loir-et-Cher. "Au bout de trois ou quatre heures, les bourgeons meurent automatiquement." Résultat : "En une nuit de gel, on peut perdre le travail d'une année."

"Deux petits degrés"

Pour tenter de résister, toutes les astuces sont bonnes. La première, c'est la bonne vieille bougie, qui réchauffe l'air autour des parcelles. La deuxième, la tour antigel, prend la forme d'une petite éolienne qui "va prendre l'air chaud plus haut en altitude pour le redistribuer vers le bas", détaille Damien Cadoux, cogérant du domaine. Avec ces tours (les Cadoux en ont sept pour leurs 40 hectares de vignes), "on peut gagner deux petits degrés, qui vont nous suffire à protéger du gel".

Avec quelques petits désagréments, type bruit et fumées. "C'est que quelques heures ou quelques nuits par an, on remercie nos voisins de leur compréhension et de leur soutien", ajoute Delphine Cadoux.

La récolte de septembre se joue dans les jours et semaines qui suivent. Et les viticulteurs devront s'armer de patience, les saints de glace n'arrivent que dans trois semaines.