• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

76 magasins de bricolage cambriolés en France par un vaste réseau roumain : préjudice un million d'euros

Image d'illustration d'une salle de garde à vue. / © Gendarmerie du Loiret
Image d'illustration d'une salle de garde à vue. / © Gendarmerie du Loiret

C'est un vaste réseau roumain de vol d'outillage qui vient d'être démantelé par la gendarmerie française. Neuf personnes ont été interpellées en Roumanie a annoncé vendredi le parquet de Besançon. Ils sont suspectés d'être responsables du cambriolage de 76 magasins de bricolage.
 

Par FM avec AFP

Deux autres ressortissants roumains de la même équipe avaient déjà été interpellés en flagrant délit en Belgique, a précisé le procureur de la République à Besançon, Etienne Manteaux, lors d'une conférence de presse. L'enquête, ouverte en 2017, a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Besançon et à l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI).
 
Mercredi, quatre enquêteurs français, appuyés par près de 270 enquêteurs roumains, ont interpellé neuf suspects âgés d'une trentaine d'années, sur les 18 personnes initialement visées, a précisé le magistrat. Ils ont également mené 28 perquisitions.


76 magasins de bricolage cambriolés en France dont en Centre-Val de Loire

"Les malfaiteurs ont assez largement reconnu les faits", à savoir le vol d'environ "1.600 appareils d'outillage et de motoculture" dans plusieurs départements français dont le Doubs, la Haute-Saône, le Loiret et la Seine-et-Marne, a déclaré M. Manteaux. Le préjudice est estimé à environ un million d'euros.

Placés en détention et sous le coup d'un mandat d'arrêt international, "ils seront remis prochainement à la France en vue de leur mise en examen pour vol en bande organisée et association de malfaiteurs", a-t-il ajouté. Après avoir sévit en France en 2017 et 2018, l'équipe est retournée en Roumanie, avant de se reformer pour commettre des cambriolages similaires en Belgique.

L'enquête de la section de recherches de la gendarmerie de Besançon et à l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) est racontée par nos confrères de France 3 Bourgogne/France-Comté

Sur le même sujet

La colére des bénévoles face à la précarité

Les + Lus