Comment un gang de cambrioleurs de magasins de bricolage en Franche-Comté a été interpellé en Roumanie

© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

L'enquête des gendarmes de la section de recherches de Besançon a permis l'arrestation, mercredi 25 septembre, de neuf Roumains auteurs d'une série de cambriolages en Franche-Comté en 2017 et 2018. Le montant du préjudice est évalué à 1 million d'euros. 

Par Camille Belsoeur

C'était un gang très organisé et "à tiroirs", comme l'explique le procureur de Besançon, Etienne Manteaux. Une vingtaine de membres identifiés composait ce réseau roumain de malfaiteurs qui a procédé à 76 cambriolages dans des enseignes de bricolage en Franche-Comté et dans des départements voisins, dont le Loiret. Très professionnels, les membres du gang opéraient par équipe de quatre et chargeait le matériel volé sur place (tronçonneuses, tondeuses...) dans des camions envoyés ensuite en Roumanie. Tout le butin était ensuite revendu à des receleurs en Roumanie. Le montant du préjudice est évalué à environ un million d'euros.
 

"Le dossier a commencé par un cambriolage à Pontarlier en 2017 et rapidement on s'est aperçu que d'autres vols avec le même mode opératoire avaient eu lieu dans des départements voisins. Nous avons donc décidé de la création d'un groupe de coopération avec l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) et la brigade de Pontarlier", explique le colonel Raguin de la brigade de recherches de Besançon. 
 

La moitié du gang a été interpellée

Après plusieurs mois d'enquêtes, les enquêteurs réussirent à identifier les suspects. Une opération était même prévue à l'automne 2018 pour interpeller le gang de 18 personnes. Mais les malfaiteurs roumains ont sans doute eu vent de la filature et se sont enfuis en Roumanie avant le coup de filet. Le dossier monté par la brigade de recherches de Besançon s'est alors élargi à l'échelle européenne. Un mandat d'arrêt européen a notamment été lancé (un dispositif unique qui permet d'extrader des ressortissants nationaux de leur propre pays vers un autre Etat de l'Union européenne où ils ont commis des délits). 

"Ils seront extradés dans le mois qui vient pour être jugés en France".

Grâce à l'aide d'enquêteurs belges, qui repèrent deux membres du gang auteurs de cambriolages en Belgique et à 260 enquêteurs roumains, la brigade de recherches bisontine remonte jusqu'aux malfaiteurs en Roumanie. Une vaste opération est lancée mercredi 25 septembre avec 18 cibles dans 10 villes différentes. Finalement, neuf suspects sont arrêtés par la police roumaine. "Ils seront extradés dans le mois qui vient pour être jugés en France", explique le procureur Etienne Manteaux. Deux autres suspects ont été interpellés en Belgique. 
 
© PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN/MAXPPP
© PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN/MAXPPP
 

"Mettre fin à l'impunité de ces gangs"

De manière générale, cette coopération européenne permet "de mettre fin au sentiment d'impunité des malfaiteurs qui se jouaient des frontières dans la zone de libre échange de l'Union européenne", selon le procureur de Besançon. Il ajoute : "Nous repérons régulièrement des réseaux très bien organisés qui viennent d'Europe de l'Est et agissent de la sorte. Des Roumains, des Lituaniens, des Géorgiens...". 

Hasard du calendrier, une autre bande de malfaiteurs roumains, qui avait sévi pendant plusieurs années dans tout l'Est de la France, comparaissait devant le tribunal de Besançon mercredi 25 septembre. Des peines de prisons, jusqu'à 5 ans ferme, ont été prononcées. 
 

Sur le même sujet

Les + Lus