• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Chute d'une éolienne dans le Loiret : une panne du système de freinage à l'origine de l'accident

L'engin de 90 mètres de haut et de 50 tonnes s'est fracassé au sol. / © France 3 Centre-Val de Loire / Julien Bernier
L'engin de 90 mètres de haut et de 50 tonnes s'est fracassé au sol. / © France 3 Centre-Val de Loire / Julien Bernier

Un mois et demi après l'effondrement d'une éolienne dans le Loiret, l'enquête menée par l'entreprise EDPR, propriétaire de l'édifice, a conclu à un emballement de la machine en raison d'une "panne du système de freinage aérodynamique".

Par Gaëlle Le Roux

Les images avaient fait le tour de la France. Le 6 novembre dernier, une éolienne s'affaissait de tout son long dans un champ, à Guigneville, dans le Loiret. Jeudi 20 décembre, l'entreprise EDP Renewables (EDPR), propriétaire de l'éolienne, a rendu publiques les conclusions de son enquête.
 


"Le système de freinage aérodynamique de l'éolienne, régulant la rotation du rotor, ne s'est pas enclenché et a ainsi entraîné une rotation trop rapide des pales, explique EDPR dans un communiqué, sans préciser les raisons de cette panne. Ce fonctionnement anormal a généré une surcharge sur la structure provoquant la chute de la machine".  Pour résumer, l'éolienne s'est emballée. Météo France n'avait pourtant relevé aucun épisode de vent violent sur cette zone à ce moment là.


Panne du système de freinage


EDPR indique également avoir remis les conclusions de l'enquête à l'administration en vue d'un redémarrage de la vingtaine d'éoliennes de son parc en Centre-Val de Loire, mises préventivement à l'arrêt après la chute de l'édifice. "Comprendre et traiter toutes les raisons qui ont conduit à l'événement est la première étape avant de redémarrer les éoliennes dans les conditions de sécurité les plus strictes", assure à ce titre EDPR.

Le 6 novembre au petit matin, les riverains, effarés en apercevant ce monstre d'acier à terre – 90 mètres de haut (hors pales) et de 50 tonnes de métal –, avaient prévenu la gendarmerie. Un incident aussi rare qu'impressionnant au cours duquel personne n'avait été blessé.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le doublement du pont de Jargeau fait toujours débat

Les + Lus