Environnement : des ruches connectées, une initiative pour secourir les abeilles

Bertrand Laurentin, fondateur de Label Abeille, a imaginé une façon de se servir de la technologie pour suivre les évolutions des abeilles dans des ruches connectées.

Depuis quelques mois, la Caisse d’allocations familiales (CAF) du Loiret accueille de nouvelles pensionnaires. « En novembre 2020, nous nous sommes lancés et nous avons installé deux ruches connectées », se souvient Odile Gérard, sous-directrice de la CAF du Loiret.

Bertrand Laurentin, fondateur de Label Abeille, nous explique le concept :

Les ruches ont été installées sur une terrasse. Le but de cette démarche est surtout d’attirer l’attention des salariés.

Je vois vraiment cette action comme un moyen de sensibiliser les employés par rapport à l’environnement et, si on tire le file jusqu’au bout, il y a évidemment l’idée de contribuer à laisser les choses dans le meilleur état possible pour nos enfants.

Alors, engagement réel de l’entreprise ou démarche accessoire ? « Pour nous, ce n’est clairement pas accesoire. C’est important de faire en sorte que nos salariés soient sensibles à toutes ces problématiques ».

Pour poursuivre dans ce sens, la CAF organisera des sessions pédagogiques pour que l’apiculteur qui s’occupe des abeilles des deux ruches connectées puissent intervenir auprès des salariés . « Et si certains sont sensibles au discours, qu’ils puissent ensuite s’engager dans l’adoption d’une ruche connectée chez eux, en tant que particulier », souligne Odile Gérard.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Label Abeille (@label_abeille)

Pour amplifier ce mouvement de sensibilisation, les employés auront très prochainement accès au mot de passe permettant de suivre, via l’application Label Abeille, les principales évolutions en temps réel de la ruche (température, mortalité…). Peut-être une bonne opportunité pour réveiller des vocations d’appiculteurs ou d’amateurs de miel.

Le saviez-vous ?

Si les abeilles disparaissaient, l’Homme n’aurait plus que quatre années à vivre.

CARTE INTERACTIVE. Suivez d'autres idées : 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société entreprises nature animaux