Femme voilée, persona non grata chez un médecin du Loiret ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Ch.L

Un médecin généraliste de Gien (Loiret) aurait demandé à certaines de ses patientes de confession musulmane de venir sans leur voile lors de leur prochaine consultation.   

Philibert de Rovira possède un cabinet à Gien. Dans cette petite ville tranquille longée par la Loire, entre la fin décembre et début janvier, le praticien aurait sommé plusieurs de ses patientes, d'origine turque ou marocaine, de retirer leur voile dès la salle d'attente. Sous peine de ne plus les recevoir. 



Décrit comme un chrétien pratiquant, M. Ph. de Rovira se serait "radicalisé" après les attentats de Charlie Hebdo et de novembre. D'après le journal franco-turc Zaman, "le médecin aurait progressivement haussé le ton contre une douzaine (NDLR)de  ses patientes, invitées, à la fin de chaque consultation, à se dévoiler dès leur entrée dans le cabinet médical." Une habitude à laquelle elles se plient durant la consultation mais pas dans la salle d'attente. 



Le praticien n'a pas mis ses menaces à exécution mais elles sont plusieurs à être choquées d'autant que certaines étaient ses patientes depuis plusieurs années. La relation de confiance est entamée. Des plaintes pour discrimination devraient être déposées et le conseil départemental de l'Ordre des médecins saisi.



Dans le quotidien La république du Centre, le médecin, lui, affirme qu'il y a eu "une mauvaise interprétation de ses propos et que la notion de voile intégrale ou de voile sur les cheveux (comme c'est le cas dans cette affaire) n'était pas évidente pour un non-musulman".  



Que dit le Conseil de l'Ordre des médecins ?

La laïcité implique d’abord, de la part du médecin, le refus de toute discrimination dans sa mission. L’article 7 du code de déontologie médicale pose ainsi que « le médecin doit écouter, examiner, conseiller ou soigner avec la même conscience toutes les personnes quels que soient leur origine, leurs mœurs et leur situation de famille, leur appartenance ou leur non-appartenance à une ethnie, une nation ou une religion déterminée, leur handicap ou leur état de santé, leur réputation ou les sentiments qu’il peut éprouver à leur égard. ».   



retrouvez le reportage tourné à Gien en replay dans le JT 19-20 (édition du 25 janvier)

















Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité