Le floorball, qu’est-ce que c’est ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Julien Garrel / AL

Le floorball, ça ne vous dit rien ? Originaire des pays scandinaves, ce sport de crosse est encore méconnu en France, mais gagne petit à petit du terrain dans l’hexagone. Le club d’Orléans organise les 4 et 5 juillet prochain la 2ème édition de son tournoi de fin de saison. A découvrir !

Un sport venu du nord

Impossible de parler de floorball sans opérer un petit voyage dans le temps et dans l’espace. Nous voilà en Scandinavie, au début des années 1980. C’est là, sur cette terre de hockey sur glace au nord de l’Europe, que la discipline a été imaginée par des hockeyeurs privés de patinoires durant l’été mais désireux de continuer à s’entraîner. Deux petits buts plantés dans un gymnase, un rink autour d’un terrain de handball, une balle creuse en plastique, et le floorball était né. De simple substitution au hockey sur glace, il devient peu à peu un sport à part entière et s’ancre profondément dans la culture scandinave, avant de gagner progressivement le reste de l’Europe et du monde. Pour l’instant, dans un relatif anonymat.

Orléans, ville pionnière

En Suède (pays champion du monde en titre) ou en Finlande, pourtant, le floorball n’a rien d’un sport confidentiel ou de seconde zone. Les deux pays dominent d’ailleurs outrageusement les compétitions internationales, souvent talonnés par la Suisse. Au pays des Helvètes, le floorball est le deuxième sport le plus pratiqué, juste derrière le football.

► [Vidéo] résumé de la dernière finale des championnats du monde entre la Suède et la Finlande
Dans l’hexagone, où l’on compte un peu moins de 1 500 licenciés, on est encore très loin de cet engouement, même si de nouveaux clubs se créent régulièrement. Les premiers ont émergé en 2002, mais il a fallu attendre 2004 pour voir la création d’un championnat de France de floorball, aujourd’hui organisé en deux divisions.
Orléans, dont le club, le CFO (Club de Floorball Orléanais), fête cette saison ses onze ans et évolue en D2, est une des villes pionnières de la discipline. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Un hockey en salle et sans équipement

S’il descend directement du hockey sur glace, auquel il emprunte un bon nombre de mécanismes et de sensations de jeu (équipes composées de cinq joueurs de champ et d’un gardien, matchs en trois tiers temps de vingt minutes, possibilité de contourner les buts), le floorball s’avère aussi beaucoup moins contraignant que son cousin, que ce soit sur le plan des infrastructures, du matériel ou des règles.
Principales différences : le floorball se joue en salle et, hormis la crosse, se pratique sans équipement particulier. Pas de protections ni de patins : une tenue de sport classique et une paire de baskets suffisent. Seul le gardien de but, qui ne dispose pas de crosse, est équipé d’un casque, d’un plastron, de gants et d’un pantalon rembourré. Sachant qu’une crosse de milieu de gamme coûte environ 50 euros, il est donc possible de s’équiper pour une somme relativement modique. 

Un jeu rapide et spectaculaire

Autre avantage de la discipline qui devrait faciliter sa diffusion : ses règles sont simples à appréhender (par exemple, le hors-jeu n’existe pas) et permettent à toutes les morphologies de s’exprimer. Là où la plupart des sports de salle, comme le handball, le basket, ou même le hockey sur glace, nécessitent souvent un gabarit et un impact physique importants, le floorball fait plus appel à des qualités de dextérité et d’explosivité que de taille et de puissance pure. Des profils plus petits, véloces et techniques peuvent ainsi s’y épanouir, la balle se jouant au sol (d’où le nom de floorball, littéralement « balle au sol ») et les contacts corporels étant strictement limités à l’épaule contre épaule. Ce qui donne lieu à un jeu fluide, rapide, et très souvent spectaculaire. Proposé au Comité international olympique pour intégrer les JO de 2020, le floorball n’a finalement pas été retenu. Mais les différents clubs et fédérations ont bon espoir pour 2024.

Des Finlandais favoris de l’Orléans Floorball Festival

En attendant de voir leur sport propulsé sur la scène olympique, les amateurs peuvent se consoler avec différents tournois de clubs organisés un peu partout en France et en Europe. Celui d’Orléans, le OFF (Orléans Floorball Festival), verra sa deuxième édition se dérouler les 4 et 5 juillet prochain. Le complexe sportif Minouflet, dans le quartier de la Source, accueillera pour l’occasion dix équipes, dont deux issues du Club de Floorball Orléanais. Parmi les invités, notons la présence de l’IFK Paris, club majeur de l’hexagone, quadruple champion de France, ainsi que celle des Impacts de Tours, les rivaux régionaux. Le costume de favori sera tout de même endossé par la formation finlandaise des Greasers, victorieuse l’an passé à Orléans, et qui viendra donc défendre son titre. Spectacle, engagement et convivialité risquent d’être au rendez-vous de cette deuxième édition. L’occasion idéale pour découvrir la discipline vu des tribunes. Et, si affinité, pourquoi pas vu du terrain dès la saison prochaine ?

Page facebook du OFF (Orléans Floorball Festival)

► Top 10 des pénaltys les plus spectaculaires et les plus techniques :