SANTÉ. Locaux délabrés, épuisement : des salariés d'un Ehpad alertent sur leurs conditions de travail

Les salariés de l'Ehpad d'Outarville, dans le Loiret, pointent du doigt le management de leur nouvelle directrice, Corinne Roux, arrivée en juin 2021. Selon nos informations, des plaintes ont été déposées à la gendarmerie.

L'ambiance est pour le moins tendue à l'Ehpad Pierre Mondine d'Outarville, dans le Loiret. Plusieurs salariés alertent sur leurs conditions de travail et dénoncent les méthodes de management de leur directrice, arrivée en juin 2021 dans l'établissement.

"C'est complètement fou", glisse une salariée, "c'est juste aberrant", embraye une autre. Toutes souhaitent rester strictement anonymes, par peur de représailles de la direction. 

Sollicité ce 22 novembre la directrice n'avait pas encore répondu à nos sollicitations à l'heure où sont publiées ces lignes.

"On nous méprise"

Le lundi 21 novembre, l'alerte est lancée par la secrétaire générale de l'USD CGT santé action sociale du Loiret Sylvie Bertuit, dans un communiqué pour le moins explicite : "Les salariés sont maltraités, harcelés, dénigrés par une direction déloyale. [...]. La directrice interpelle les salariés par mail dès 5h30 le matin même le week-end et exige que ceux-ci lui répondent !!" accuse la syndicaliste.

"Il y a une très mauvaise ambiance depuis plus d'un an. On nous divise les uns et les autres et on nous méprise" dénonce Agathe*, salariée de l'établissement depuis plus de 10 ans et qui confirme les accusations de la CGT. "On a alerté de partout : ARS, Conseil départemental, le Maire d'Outarville, mais personne ne bouge", s'agace-t-elle. 

On était une équipe soudée qui a fait un boulot de dingue pendant le covid. Et personne ne veut nous entendre

Une salariée de l'Ehpad d'Outarville

Questionné par nos confrères de La République du Centre, le maire d'Outarville, Michel Chambrain, qui siège au conseil d'administration de l'Ehpad, temporise : "Il y a des choses qui sont en cours. Je ne veux pas court-circuiter ceux qui travaillent sur ce dossier. Je ne souhaite pas mettre certaines personnes dans l'embarras".

Des plaintes déposées 

Selon nos informations, des plaintes ont même été déposées par des agents de l'Ehpad à l'encontre de la directrice pour des faits de harcèlements, sans que nous puissions en identifier le nombre exact. "La directrice peut vous appeler pendant vos vacances, pendant vos arrêts de travail ou pendant vos repos, et il faut lui répondre. Elle fait ce qu'elle veut", accuse un troisième agent de l'Ehpad à l'origine de l'une des plaintes. 

Contactée, la gendarmerie d'Outarville n'a pas souhaité s'exprimer sur "un dossier en cours". 

Des fuites d'eau dans les chambres

Autre sujet qui cristallise la colère des salariés de l'établissement, la vétusté des locaux. "Il fait froid, il y a des fuites partout, il faut le voir pour le croire", s'énerve Agathe. "On nous avait promis des rénovations et on ne voit rien arriver." 

Il y a des fuites sans compter les odeurs nauséabondes qui incommodent tant les résidents que la personne

Sylvie Bertuit, secrétaire départementale de la CGT

Des accusations confirmées par quatre actuels ou anciens salariés de l'Ehpad et également évoquées dans le communiqué de presse de la CGT : "L'Ehpad prend l’eau, les résidents mangent au milieu de l’eau qui ruisselle dans les pièces, les écoulements des eaux usées sont insalubres, les salles de bain se bouchent, il y a des fuites sans compter les odeurs nauséabondes qui incommodent tant les résidents que la personne". 

Nous avons sollicité la direction de l'Ehpad, le 22 novembre en début d'après-midi, pour connaître son point de vue. À l'heure où sont rédigées ses lignes, elle ne nous a pas répondu.