Loiret : pourquoi le projet de téléphérique est-il abandonné à Fleury-les-Aubrais ?

Le président d'Orléans Métropole Christophe Chaillou (PS) l'a annoncé ce jeudi. Le projet de téléphérique qui devait relier la gare de Fleury-les-Aubrais au futur quartier Interives est annulé. Cela représente une perte d'environ 4 millions d'euros engagés pour rien dans les études d'aménagement. 

Christophe Chaillou, président PS d'Orléans Métropole jeudi 24 septembre 2020 © France 3 Centre-Val de Loire
Christophe Chaillou, président PS d'Orléans Métropole jeudi 24 septembre 2020 © France 3 Centre-Val de Loire
C'est un projet qui devait permettre de faire rayonner Fleury-les-Aubrais. L'aménagement d'un téléphérique urbain reliant le nouveau quartier Interives à la gare et permettant ainsi d'attirer les entreprises en plaçant le site à moins d'1h de Paris. Un projet de deux cabines en survol des voies ferrées confié au leader du transport par câble le Grenoblois Poma, et piloté par le groupe Vinci.

Mais ce projet ne verra jamais le jour. Christophe Chaillou, le président (PS) d'Orléans Métropole l'a annoncé jeudi 24 septembre. A l'issue du conseil métropolitain, il a répondu aux questions de France 3 Centre-Val de Loire.

"Nous devons faire des choix et d’abord des choix financiers. Dans le contexte actuel, dépenser 17 millions d’euros puis chaque année 800 000 euros pour faire fonctionner un téléphérique ne nous semble pas adapté à la réalité de ce que vivent nos concitoyens. Il y a d’autres priorités qui peuvent nous mobiliser" a expliqué Christophe Chaillou. 

Hormis l'aspect financier, les détracteurs du téléphérique pensent que le projet n'était pas adapté aux usagers de la gare. Deux recours en justice avaient par ailleurs été déposés contre cet aménagement. L'un émanait d'un collectif de citoyens qui s'interrogeait notamment sur l'impact environnemental du téléphérique et l'autre d'une entreprise qui s'estimait lesée par l'appel d'offres. Des recours finalement rejetés il y a deux ans, mais qui ont laissé leurs traces sur le projet. 

"On est sur des logiques de cynisme politique" estime l'ex-maire de Fleury-les-Aubrais


Cette décision d'enterrer le projet de téléphérique urbain est restée en travers de la gorge de l'ex-maire de Fleury-les-Aubrais. Marie-Agnès Linguet (UDI), battue aux dernières élections municipales, travaillait sur l'idée de cet aménagement depuis sept ans. 

"Comment les gens vont traverser les voies ferrées maintenant ? Vous vous rendez compte de l’argent perdu ? C’est hallucinant car on est sur des logiques de cynisme politique, et c'est ça qui me met en colère. Je ne comprends pas madame Canette (ndrl : Carole Canette, la nouvelle maire socialiste de Fleury-les-Aubrais) car Interives c’était des recettes financières pour la ville et pour la métropole, des taxes d’aménagement, etc." s'insurge Marie-Agnès Linguet.

Celle qui a été maire de Fleury-les-Aubrais de 2014 à 2020 admet tout de même qu'il y a eu un manque d'informations et d'explications du projet auprès des habitants. 

"On n’a pas clairement expliqué aux gens de quoi il s’agissait. Certains ont pensé que c’était un truc clinquant. Dans la tête des gens, le téléphérique c’est les 'bronzés font du ski'. On aurait du faire les travaux malgré les recours en justice qui n’étaient pas suspensifs" se lamente Marie-Agnès Linguet. 

L'abandon du projet qui devait coûter au final 17 millions d'euros à la municipalité et à la métropole va en tout cas laisser une note salée : environ 4 millions d'euros, sans compter les frais de pénalités. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique transports économie