Loiret : les séniors du club "La Joie de vivre" de Bellegarde face à un dilemme pour retrouver leurs activités

A Bellegarde, petite commune du Loiret, les seniors du club de 3e âge sont face à un dilemme. Comment retrouver leurs activités de loisirs restées en sommeil depuis la crise sanitaire ? Se faire vacciner ou présenter un Test PCR négatif. Vaste débat au sein de l'association.

(Photo archives). La Joie de Vivre est un club de séniors créé en 1978. Très actif, il est ouvert à tous. Il est situé à Bellegarde
(Photo archives). La Joie de Vivre est un club de séniors créé en 1978. Très actif, il est ouvert à tous. Il est situé à Bellegarde © Association La Joie de Vivre.

Alain Bertho 73 ans, est un pragmatique. Ancien Consultant Qualité dans une grande entreprise, il a beaucoup voyagé. Depuis trois ans, il est le Président du Club La Joie de Vivre à Bellegarde. Cette association compte environ 200 séniors, hommes et femmes. Fringants, bons vivants et adeptes de sports et d’activités culturelles.

Depuis un an et l’irruption du Covid, il a fallu renoncer aux ateliers de danses, aux séances d’ aqua-gym, aux parties de billard, de belote, à l’art floral ou à l’informatique pour les débutants. Alors Alain Bertho en est arrivé à une évidence : « Pour voyager en Afrique ou en Asie, il faut bien être à jour du vaccin de la fièvre jaune. C’est un genre de passeport sanitaire. C’est la loi et tout le monde l’accepte... ». Comment arriver à une immunité collective avec les membres de l’association afin que personne ne prenne de risques? Le conseil d’administration de La Joie de Vivre n’a pas tranché. « Si nous organisons un thé dansant ou une manifestation importante qui va venir et sur quels critères? Comment accueillir le public? Est-ce que l’on va séparer les vaccinés de ceux qui ne le sont pas? Ce serait une forme de ségrégation... ». En attendant un hypothétique Passeport vaccinal, la reprise des activités chez ces séniors reste une question brûlante et pressante.

« Assurez-vous que vous êtes vaccinés ou que vous êtes inoffensifs »

Ce sera donc le mot d’ordre aux amis et membres de ce Club avant toute reprise d’activités. Plus facile à dire qu’à faire.  « La situation idéale serait que chacun puisse venir ayant été vacciné ou avec un PCR négatif. Quand vous avez un ami qui se présente à votre porte, qu’est-ce que vous faites ? C’est un dilemme. Tous ceux qui ont plus de 75 ans sont déjà vaccinés dans notre Club. Ils représentent 1/4 des adhérents. Il y a bien sûr des exceptions car dans nos villages reculés, les vaccins arrivent au compte-goutte. Les autres, tous les autres, attendent leur tour ou sont sur des listes d’attente. Le temps que les vaccins soient disponibles. En ce qui nous concerne, nos activités sont en sommeil jusqu’au 1er juillet... On peut craindre que rien ne redémarre avant septembre », explique Alain Bertho. Pour conjurer cela, un questionnaire a donc été envoyé à tous les membres de la Joie de vivre.

Un questionnaire pour sonder les intentions et cerner les attentes

« Êtes-vous vacciné ? Si on redémarre  les activités comment voulez-vous procéder ? Des questions qui relèvent parfois du secret médical. Et tout le monde ne veut pas se faire vacciner. Il y a des réticences. Les gens entendent des injonctions contradictoires. D’une radio ou d’une chaîne à l’autre, d’un scientifique à l’autre, d’un responsable politique à l’autre et ça brouille le message ». Si les réponses sont majoritaires pour  une reprise des activités, Alain Bertho envisage déjà de mettre des jauges. Même très prisée, la danse risque de ne pas être aux premières loges car dit-il « On se tient la main. Il faudra imaginer des activités sécurisées qui n’exposent personne ».

Colette et Gérard Brosse sont deux jeunes retraités. Elle a 66 ans, lui, 68. Membres actifs du Club la Joie de vivre, ils étaient encore trop jeunes pour être éligibles aux premiers programmes de vaccination. C’est peu dire qu’ils regrettent la vie d’avant. « Si on veut refaire des activités, sortir un peu, pouvoir voir nos petits-enfants, le plus tôt sera le mieux. Il faut se faire vacciner. Mais on aimerait avoir quand même le choix du vaccin. Quand on entend ce qui est dit sur AstraZeneca, ça refroidit. » Entre l’envie irrépressible de retrouver la vie d’avant et l’impossibilité de choisir son vaccin, l’hésitation est palpable. « On ne peut pas forcer tous les gens à se faire vacciner. On ne peut pas les contraindre tant que le vaccin n’est pas obligatoire. Pour nous, la Joie de vivre veut dire le contact, les rencontres, les échanges. C’est un besoin. Ça nous manque. On n’a plus de repère ».

Oui pour le Passeport vaccinal à condition que tout le monde puisse se faire vacciner

Annie et Christian Fevre, 61 et 70 ans, sont mariés depuis 46 ans. Ils sont éligibles à la vaccination et se sont inscrits à la Mairie de Juranville et à une Pharmacie de Beaune-la-Rolande, pour multiplier leurs chances. Membres actifs du Club La Joie de vivre, ils attendent comme une délivrance d’être vaccinés. L’ouverture annoncée du vaccinodrome d’Olivet est un ballon d’oxygène, une nouvelle fenêtre d’opportunité. « Qu’importe si c’est AstraZeneca ou un autre vaccin. De toutes façons, il y a tant de Britanniques vaccinés... Ils n’ont pas fait en majorité de thromboses. Le fait que les médias en parlent à un effet de loupe. Un effet grossissant. Nous sommes favorables à un Passeport vaccinal à condition que tout le monde ait la possibilité de se faire vacciner. Sinon, ce serait discriminatoire. Ce serait pénalisant. Ceux qui ne veulent pas être vaccinés doivent répondre de leur choix...» Contactés, d’autres membres de ce Club de séniors attendent également avec empressement, la reprise de leurs activités culturelles et récréatives .

Favorables à un Test PCR négatif. Réservés sur un Passeport vaccinal

Josette et Luis Peña, 63 ans, n’ont pas encore été vaccinés. Luis est adepte de billard, ancien plombier. Son épouse, ancienne Secrétaire médicale ne jure que par la danse. Pour des raisons médicales et à cause de sévères facteurs de risque, elle hésite à se faire vacciner. « Je suppose que le vaccin c’est une des solutions pour sortir de cette situation qui est générale. Chez nous, c’est le désert médical. Oui, pour le PCR négatif. Le Passeport vaccinal nous pose encore problème. Donc nous sommes réservés ». A Bellegarde, les séniors de l’Association La Joie de vivre rongent leurs freins en attendant des jours meilleurs. Retrouver la vie d’avant.

 

Contacter le Club de la Joie de Vivre

Présidente : Alain Bertho
Tel: 02 38 90 49 28 | Email: joiedevivre45270@gmail.com

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société