Montargis : trois personnes arrêtées pour une série de braquages

Trois personnes, soupçonnées d'avoir commis une série de vols à main armée dans les secteurs de Montargis et Briare, ont été déférées devant le parquet de Montargis ce 8 novembre.

Le procureur de la république de Montargis, Loïc Abrial, a annoncé ce 8 novembre l'arrestation et le placement en détention provisoire de trois personnes, deux hommes de 28 et 18 ans, et une femme âgée de 25 ans. Ils sont tous les trois soupçonnés dans une série de braquages qui ont eu lieu entre le 7 octobre et le 5 novembre dans les secteurs de Montargis et Briaire, explique le parquet.

Trois braquages en trois mois

Selon les informations collectées par les enquêteurs, la petite équipe serait impliquée dans trois braquages à main armée en un mois : celui de la Maison de la presse de Briare le 7 octobre, du bar-tabac "Ouvert de bonheur" à Lorris le 26 octobre et de la station-service Total de la Selle-en-Hermois le 5 novembre.

A chaque fois, le mode opératoire était similaire, explique le parquet : "En fin de journée, deux individus aux visages dissimulés faisaient irruption chez les commerçants peu avant la fermeture et sollicitaient, sous la menace d’armes de poing, la remise des espèces contenues dans la caisse. Un complice les attendait en voiture un peu plus loin, afin de faciliter leur fuite." Personne n'a été blessé dans ces braquages mais un accompagnement psychologique a été proposé aux victimes.

Un procès à la mi-décembre

L'enquête de gendarmerie a été confiée aux brigades de recherche de Montargis, Gien et à la communauté de brigades de Bellegarde. Le 6 novembre, une opération menée par le Peloton de surveillance et de protection (PSPG) de Dampierre-en-Burly.

"Les trois suspects sont poursuivis devant le tribunal correctionnel pour vols avec violence et en réunion en qualité d’auteurs pour les deux hommes et de complice pour la personne de sexe féminin", précise le parquet, "leur faisant encourir 10 ans d’emprisonnement". "L’un des auteurs présumés se trouve en état de récidive légale et encourt pour sa part 20 ans de prison." Le procès doit avoir lieu le 15 décembre

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société violence