Basket : "On n'a plus rien", Thomas Cornely raconte l'après Sportica, ravagée par les flammes le 25 décembre

À l'aube de son premier match à domicile depuis l'incendie du centre sportif Sportica le 25 décembre 2023, Thomas Cornely, natif du Loiret et meneur du Gravelines-Dunkerque est revenu sur l'incident et toutes ses conséquences au quotidien.

Thomas Cornely était parti vers Gravelines-Dunkerque pour "voir autre chose". Mais l'ancien capitaine de l'ADA Blois ne s'attendait certainement pas à vivre l'une des saisons les plus compliquées de sa carrière. Au départ, son club visait les playoffs, soit les huit premières places de Betclic Elite, mais il n'en est rien. 

Sportica ravagée par les flammes le jour de Noël

Gravelines-Dunkerque a fait le pire début de son histoire avec dix défaites sur les dix premiers matchs. Et le sort s'est même acharné sur le club nordiste, lorsqu'un incendie a totalement détruit la salle du Sportica, salle mythique du basket français, le 25 décembre 2023. 

"On n'a plus rien"

"On s'entraine à Loon Plage, on n'a plus rien, on n'a plus de bain froid, de jaccuzi, de sauna, on a plus les moyens de récupération que l'on avait avant", assure, peiné Thomas Cornely. Et entre les déplacements en Coupe d'Europe et en France, le meneur espère "que ça ne se fera pas trop ressentir sur les corps"

Les évènements ont permis à l'effectif nordiste a noué de solides liens pour espérer aller chercher son maintien en fin de saison. "Il n'y en a pas un qui baisse la tête malgré tout ce qui se passe, pas un qui ronchonne, tout le monde se donne à fond sur le terrain, je connais plusieurs joueurs qui auraient déjà quitté le navire depuis longtemps", lance le numéro 45. 

Je ne suis encore jamais allé à la salle de Dunkerque !

Thomas Cornely, meneur du BCM

Au vu de la soudaineté de l'évènement tragique de Sportica, le club est obligé de s'adapter pour les lieux des entrainements et des matchs. "On joue à Calais ce samedi et après on devrait jouer à Dunkerque tandis que tous les entrainements sont à Loon Plage", souffle Thomas Cornely. Les kilomètres se multiplient puisque la plupart des joueurs résident à Gravelines. "On est à 25 minutes de Calais et Dunkerque, et une dizaine de minutes de Loon Plage", poursuit le natif de Chécy dans le Loiret. 

Gravelines-Dunkerque accueillera donc ce samedi Nanterre dans la salle de Calais, près d'un mois après l'incendie de Sportica, dont le dernier scoreur, au buzzer, était Thomas Cornely. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité