Covid-19 : quelle vaccination pour les adolescents en Centre-Val de Loire ?

Derniers concernés par la campagne de vaccination, les adolescents peinent à être immunisés. En cause, un temps de consultation plus long et une priorité toujours donnée aux plus âgés. A Orléans, la Maison de santé pluridisciplinaire Madeleine Brès (MSP) a ouvert des créneaux dédiés aux 12-17 ans.
Depuis le 15 juin, les adolescents âgés de 12 à 18 ans peuvent se faire vacciner contre le Covid-19.
Depuis le 15 juin, les adolescents âgés de 12 à 18 ans peuvent se faire vacciner contre le Covid-19. © Jean François Ottonello/ MaxPPP

Vacciner massivement toutes les strates de la population au plus vite, telle est la stratégie affichée par le gouvernement depuis quelques semaines. Le 15 juin dernier, les autorités étendaient ainsi la vaccination anti-Covid aux adolescents âgés de 12 à 17 ans, indiquant qu'il n'y avait pas de risque pour eux.

Si le nombre d'injections des plus jeunes augmente, en raison notamment de l'application du pass sanitaire à cette tranche d'âge à partir du 30 septembre, leur prise en charge peut parfois s'avérer un peu plus compliquée que prévu.

Couac à Bléré 

Mauvaise surprise ce samedi 24 juillet pour quelques parents venus faire vacciner leurs enfants dans le vaccibus stationné à Bléré (Indre-et-Loire). Selon nos confrères de France Bleu Touraine, plusieurs adolescents se sont vus refuser la précieuse injection par le médecin en chef, alors même que les services de la ville avaient indiqué sur leur site internet que le bus était ouvert aux plus de 12 ans. 

La raison ? Donner la priorité aux plus de 16 ans et aux adultes, notamment aux personnes à risques et aux personnes âgées, parfois isolées dans les campagnes ou dépourvues de matériel numérique. Si la préfecture d'Indre-et-Loire et l'Agence régionale de santé (ARS) du Centre-Val de Loire admettaient mardi 27 juillet un défaut de communication, elles donnaient raison au médecin du vaccibus indroligérien : créneaux ouverts à partir de 12 ans, mais priorité aux plus âgés. 

Des créneaux "ados" à Orléans

Au-delà de la priorisation faite aux plus de 16 ans, le médecin blérois a également expliqué que la vaccination des plus jeunes nécessitait de prendre plus de temps, notamment lors de l'interrogatoire prévaccinal, ce qui s'avérait parfois être impossible en période estivale avec la baisse des effectifs du personnel de santé dans les centres de vaccination.  

C'est pourquoi de son côté, la pédiatre Fabienne Kochert a ouvert (avec l'autorisation de l'ARS) à partir de mardi 27 juillet 112 créneaux destinés exclusivement aux 12-17 ans au sein de la Maison de santé pluridisciplinaire Madeleine Brès (MSP), à Orléans : "De nombreux parents et adolescents s'interrogeaient et s'inquiétaient, il était de mon devoir de les rassurer et de leur expliquer la démarche", développe la spécialiste.

Prendre le temps pour éviter les risques

Et les premiers retours sont très positifs informe Fabienne Kochert : "Les jeunes sont contents d'avoir une consultation qui leur est dédiée, avec un personnel qu'ils connaissent pour la plupart. Les parents sont soulagés et nombre d'entre eux nous remercient".   

Si le contenu du vaccin (Pfizer-BioNTech) et la taille de l'aiguille ne diffèrent pas des adultes, la consultation précédant l'injection des adolescents dure quant à elle plus longtemps à la MSP : 10 minutes. "Nous devons d'abord procéder à une prise de sang pour déterminer si le patient a déjà contracté le Covid-19. Si le test sérologique s'avère positif, nous n'effectuons qu'une seule injection", précise la pédiatre orléanaise.

En effet nous avons pu observer une augmentation des risques de pathologies inflammatoires chez les garçons entre 15 et 25 ans ayant eu le Covid après avoir reçu une deuxième dose

Fabienne Kochert, pédiatre

Si ces créneaux uniques dans la région ont pu être mis en place à Orléans, c'est surtout grâce au dévouement de Fabienne Kochert : "C'est toute une organisation. Moi, je fais ça sur mes jours de repos avec l'aide d'une interne en stage et des assistantes médicales, indique-t-elle. Ça demande du temps et de l'investissement, ce n'est pas si simple à mettre en oeuvre surtout s'il on est seul dans le libéral." 

"Il faut vacciner tout le monde"

Le vaccibus poursuit sa route : après Bléré et Sainte-Maure-de-Touraine, le centre de vaccination mobile s'arrêtera à Chouzé-sur-Loire vendredi 30 juillet dans l'après-midi. Les créneaux de la MSP à Orléans s'étaleront eux sur les journées de vendredi et de samedi 31 juillet (complet). De nouveaux rendez-vous seront disponibles début août au 02 46 91 50 01 ou sur le site Maiia.

Les adultes vulnérables restent prioritaires mais avec l'arrivée du variant Delta, il faut vacciner tout le monde, cela devient urgent 

Fabienne Kochert, pédiatre

Une marche forcée qui pour l'heure fonctionne en Centre-Val de Loire : 34,4 % des 12-17 ans ont déjà reçu leur première dose, 12, 7 % leur deuxième, contre respectivement 31,8 % et 11,6 % au niveau national selon l'ARS.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
region centre-val de loire vaccins - covid-19 santé société