Élections municipales à Saint-Jean-le-Blanc : 1000 cartes d'électeurs "dissimulées" après le premier tour

Après le premier tour des nouvelles élections municipales du 29 janvier à Saint-Jean-Blanc, la mairie a retrouvé 1000 cartes d'électeurs dissimulées dans une pièce de l'hôtel de ville. Ce coup de théâtre conduit la mairie à porter plainte alors que pour l'opposition, il donne le sourire.

Énième rebondissement pour les élections municipales à Saint-Jean-le-Blanc. Après une arrivée surprise d’un troisième candidat, Valentin Blelly, au premier tour des élections, une caisse contenant des cartes d’électeurs a été retrouvée dans une pièce de la mairie le soir, après le vote. 

Près de 1000 cartons n'ont donc pas trouvé le chemin des boîtes aux lettres en amont du vote du premier tour, le 29 janvier dernier. Un manque de voix qui aurait pu changer la tendance pour élire le nouveau maire ?  20 points séparent Thierry Charpentier, l'adjoint à la maire, (49,16 %) et Françoise Grivotet, maire sortante, (30,17 %) de la couronne d'édile. En tout, seuls 2300 électeurs sur les quelque 9 000 habitants de la commune se sont déplacés pour le premier tour.

Qui a volé la carte des électeurs ? 

"Cette caisse n'est pas un simple oubli", affirme la maire sortante, Françoise Grivotet, en route pour tracter auprès des habitants de Saint-Jean-le-Blanc. Elle est formelle, l'organisation de ce scrutin a été saboté pour ce premier tour des élections.

"Les habitants n'ont pas pu avoir les informations nécessaires pour connaître leur nouveau bureau de vote", explique la maire sortante. Ces précieux renseignements étaient glissés avec la carte électorale, mais avec un redécoupage de la commune, impossible à ces 1000 personnes de connaître leur bureau de vote.

Face à cette affaire, la mairie a décidé d'engager des mesures en alertant la préfecture, ouvrir une enquête interne et déposer une plainte pour "provocation à l'abstention de vote par manœuvre frauduleuse". 

Résultat le 5 février 2023

Cet épisode pour ces élections esquisse sur certains visages des rictus. "On peut réorienter une personne qui ne se présente pas au bon bureau de vote et même malgré le redécoupage" pour son adversaire, Thierry Charpentier, qui déplore une excuse facile. L'ex-premier adjoint se sent totalement étranger à cette affaire. "C'est à elle de bien gérer les clés de sa mairie", raille-t-il. 

Maintenant, j'attends la suite des évènements

Thierry Charpentier, candidat à la mairie de Saint-Jean-le-Blanc.

Il émet même une hypothèse : "si la situation avait été inversée, je doute qu'elle aurait été dans la même démarche." Alors cette bombe dans ce duel politique va-t-elle changer le résultat des scrutins ? Pour les deux candidats, l'explosion sera mineure. L'écart est trop important pour donner lieu à un tournant. Résultat des élections le 5 février prochain.