Élections municipales : Saint-Jean-le-Blanc aura besoin d'un second tour

Tout s'est joué à 18 voix. Le premier tour de l'élection municipale partielle de Saint-Jean-le-Blanc n'a pas apporté de solution immédiate au blocage politique de la commune. La maire sortante est deuxième, 20 points derrière l'ancien premier adjoint Thierry Charpentier.

Ce premier tour d'élection municipale partielle à Saint-Jean-Le-Blanc, a été à deux doigts de signer une fin de crise politique, en élisant un nouveau maire. Ou plutôt à 18 voix. Dimanche 29 janvier 2023, Thierry Charpentier, ancien adjoint à la Santé, est arrivé en tête avec 49,16 % des suffrages. Il est suivi par la maire sortante, Françoise Grivotet (divers droite), avec 30,17 %.

Duel "fratricide" évité

Un "duel fratricide" que Valentin Blelly, candidat "surprise" a voulu éviter. Il arrive en troisième position avec un score 20,67 % dont il est fier. Sans étiquette, mais à droite de l'échiquier politique, il a déposé sa candidature une heure avant la fin du temps règlementaire. L'ancien membre du Rassemblement national, passé à LR puis Reconquête ne souhaitait pas déstabiliser le scrutin, affirme-t-il, mais "proposer une opposition constructive".

Depuis les élections de 2020, la situation s'était tendue jusqu'à un point de non-retour, au conseil municipal de cette commune de 9 000 habitants. Blocage du budget, frondeurs, autoritarisme dénoncé, insultes, démissions en masse : le quinté gagnant pour convoquer de nouvelles élections en catastrophe. "L'annonce a été faite début décembre" se souvient Valentin Blelly.

Deuxième tour joué d'avance ? 

Une précipitation qui pourrait expliquer, selon lui, la faible participation, qui a peiné à dépasser les 37%. Encore moins qu'en 2020, quand l'élection n'avait attiré que 39,5% des électeurs. La faute à "des promesses faites qui n'ont jamais été tenues", selon Valentin Blelly. "Les électeurs peuvent avoir l'impression de voter pour rien."

A la troisième place, il se sait outsider et n'imagine aujourd'hui pas remporter le deuxième tour de dimanche 5 février. "A moins que la maire sortante ne se retire", précise-t-il. Les bruits de couloirs ont dessiné cette éventualité, qui n'a pour l'instant pas donné lieu à quelconque annonce officielle. 

Sur le chemin pour déposer sa liste en préfecture Thierry Charpentier se dit satisfait de ce premier résultat, même si près du but : "Les mathématiques sont les mathématiques, c'est le principe de l'élection." Il lui aurait fallu dépasser la stricte moitié des suffrages pour être élu à la majorité dès le premier tour. 

Laisser le passé au passé

Pour réparer les dégâts des dernières années, Thierry Charpentier annonce sa solution : "Le respect de toutes les tendances dans le conseil municipal". L'inverse avait été reproché à Françoise Grivotet, taxée d'autoritarisme. "Je ne regarde pas en arrière" insiste le favori du scrutin. 

Contactée ce jour, la maire sortante enchaînait les réunions ce 30 janvier, d'après son cabinet, et n'a pour l'instant pas répondu à nos questions. 

Peut-on alors vraiment laisser le passé au passé ? Valentin Blelly en doute, puisque selon lui, les blocages auront forcément des conséquences futures : "Des investissements qui ont été bloqués mettront forcément un petit peu de temps pour être relancés, il risque donc d'y avoir une période blanche pour ces projets.

Avant ce deuxième tour, presque joué d'avance, les deux hommes en tête comptent bien continuer de convaincre. Ils affirment qu'ils iront chacun à la rencontre des administrés dans la semaine.