Jeux paralympiques 2021 : la judokate de l’US Orléans Sandrine Martinet désignée porte-drapeau de la France

La judokate du club orléanais Sandrine Martinet portera l'étendard de la délégation française aux côtés du joueur de tennis-fauteuil Stéphane Houdet lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux paralympiques de Tokyo le 24 août prochain.
La judokate Sandrine Martinet et le tennisman Stéphane Houdet seront les deux porte-drapeaux de la délégation française aux Jeux paralympiques 2021 à Tokyo.
La judokate Sandrine Martinet et le tennisman Stéphane Houdet seront les deux porte-drapeaux de la délégation française aux Jeux paralympiques 2021 à Tokyo. © Christophe Arhambault/ AFP

A 17 jours des Jeux de Tokyo, les noms des quatre porte-drapeaux de la délégation française ont été dévoilés au journal de 20 heures de France 2 lundi 5 juillet. La judokate Clarisse Agbegnenou et le gymnaste Samir Ait Saïd partiront ainsi en première ligne aux Jeux olympiques (23 juillet-8 août). Du côté des athlètes paralympiques, ce seront le joueur de tennis-fauteuil Stéphane Houdet et la judokate handisport de l'US Orléans Sandrine Martinet qui porteront l'étendard bleu, blanc, rouge à l'ouverture des Jeux paralympiques (24 août-5 septembre).

Une consécration pour Sandrine Martinet

"C'est une immense fierté, un honneur incroyable." Après avoir remporté l'or aux Jeux paralympiques de Rio (2016), l'argent à Pékin (2008) et à Athènes (2004), après avoir été douze fois championne de France, une fois championne européenne et trois fois championne du monde, devenir porte-drapeau est une véritable consécration pour Sandrine Martinet : "C'est énormément de bonheur après tout le travail qu'on a fait c'est génial. Pouvoir porter toute l'équipe de France vers le plus haut c'est juste magique", a déclaré la judokate de 38 ans sur le plateau de France 2. Malvoyante depuis l'enfance, la numéro 1 mondiale (catégorie des -48kg) portera pour la cinquième fois de sa carrière les couleurs françaises aux Jeux.

Cette désignation est également une grande nouvelle pour son club, l’US Orléans Loiret Judo : "Sandrine est une athlète et une personne exemplaire et inspirante, c'est mille fois mérité, témoigne le président du club Jacques Le Du, très ému. J'ai également une grosse pensée pour son mari, ses enfants et son entraîneur, Cyril Pages, lui qui la suit depuis des années."

Pour Béatrice Pornet-Burnel, présidente de la ligue du Centre-Val de Loire de judo, le choix de Sandrine Martinet était une évidence : "Elle est un modèle pour les jeunes de la région mais également pour les athlètes paralympiques du territoire français."

Si le statut de porte-drapeau n’a pas toujours porté chance aux athlètes français lors des Jeux, Sandrine Martinet compte bien inverser la tendance comme avaient pu le faire à l'époque l'athlète Marie-José Pérec (championne olympique sur 200m et 400m en 1996), ainsi que les judokas David Douillet (vainqueur en 2000 dans la catégorie plus de 100 kg) et Teddy Riner (médaillé d'or en 2016 dans la catégorie des poids lourds). 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
region centre-val de loire judo sport jeux olympiques