• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Orléans : l'industrie cosmétique en croissance

Cosmetic Park : pose de la première pierre du bâtiment logistique Dior / © A.Heudes
Cosmetic Park : pose de la première pierre du bâtiment logistique Dior / © A.Heudes

La première pierre, d'un bâtiment de logistique et de contrôle qualité, a été posée ce jeudi à Boigny-sur-Bionne (Loiret), aux portes nord de la Métropole d'Orléans. Après cet entrepôt de la société Parfums Dior d'autres implantations suivront jusqu'au début 2022. 

Par Alain Heudes

Des élus, des bâtisseurs et des industriels, tous le sourire aux lèvres.
Sur la photo le maire de la Métropole orléanaise, Olivier Carré, pose aux côtés des maires des communes directement concernés, Boigny-sur-Bionne et Vennecy, mais également de la société d'amènagement du site, AREFIM et du premier industriel à occuper le terrain, les Parfums Christian Dior.


Tous ont des raisons d'être satisfaits.

Les politiques d'abord, car après avoir fait grise mine lors de la fin d'activité d'IBM puis LEXMARK, qui laissait en 2011 une friche industrielle sur les bras de la Communauté de Communes de la Forêt, cette renaissance (le timing est bon l'année anniversaire des 500 ans de la Renaissance) gomme une décennie de frustrations.

Les amènageurs et leurs partenaires sont également à la fête avec un Cosmetic Park innovant.
Le site de plus de 60 hectares propose un concept, encore très peu connu en Centre-Val de Loire, de développement de zones mixte d'activités.
Une thématique économique traditionnelle, rassemblant des entreprises appartenant à la cosmétique et à la pharmacie, et un lieu de vie pour les salariés et les habitants des communes alentours, comme l'a expliqué Valery Fenes, le président de l'amènageur foncier AREFIM :

Il ne s'agit pas que d'empiler des bâtiments industriels, mais aussi de créer un pôle services, à travers un hôtel, un restaurant, un centre sportif, également une crèche et un restaurant d'entreprise afin de faciliter la vie des salariés mais aussi des gens aux environs. (..) Aujourdhui, pour une nouvelle génération, il ne suffit pas de travailler chez Dior pour y rester des années, il faut aussi un environnement de travail et ces sociétés cherchent ces concepts de bien être au travail.

 
© A.Heudes
© A.Heudes


Et puis il y a l'activité économique proprement dite, concrétisée par l'engagement des Parfums Christian Dior.
Le mastodonte de la cosmétique française, dont l'unique usine de production se situe à quelques kilomètres à peine, sur la commune de Saint-Jean-de-Braye (Loiret), sera le premier utilisateur du Cosmetic Park.
Dior y construit un bâtiment, de logistique et de contrôle qualité des ses matières premières, d'une superficie de 20 000m2.
Un entrepôt qui prouve le développement constant de l'industrie cosmétique en Centre-Val de Loire, où le secteur pèse quasiment 11 000 emplois et bénéficie du premier centre mondial de compétitivité, la Cosmétic Valley. 

D'ici 2022 au moins 4 autres grandes sociétés du secteur vont rejoindre Dior sur le site du Cosmetic Park, où viendront aussi s'implanter des PME/PMI des industries cosmétiques et pharmaceutiques.
Des implantations et des services qui crééront entre 700 et 1000 emplois si tout se passe comme annoncé lors de la pose de cette première pierre.

 
Jean-Dominique Bosq - Directeur des Opérations des Parfums Christian Dior

 

Sur le même sujet

Jean-Dominique Bosq - Directeur des Opérations des Parfums Christian Dior

Les + Lus