Orléans : Mathilde Edey Gamassou est la nouvelle Jeanne d'Arc !

Mathilde Edey Gamassou (au centre), Jeanne d'Arc 20187, lors de sa présentation à la presse à l'hôtel Groslot - Orléans - 19 février 2018 / © France 3
Mathilde Edey Gamassou (au centre), Jeanne d'Arc 20187, lors de sa présentation à la presse à l'hôtel Groslot - Orléans - 19 février 2018 / © France 3

L'association Jeanne d'Arc et la mairie présentaient aujourd'hui officiellement l'élue de cette année. 

Par Yacha Hajzler

4800 consultations de la page internet, 250 dossiers téléchargés, 13 candidates, mais une seule Jeanne d'Arc ! Cette année, c'est la jeune Mathilde Edey Gamassou qui a été choisie pour se glisser dans l'armure de la pucelle d'Orléans lors des Fêtes Johanniques, du 29 avril au 8 mai. 

La candidate idéale​


Sur le papier, elle est plus que parfaite pour remplir le rôle : née en 2001 à Paris, elle vit à Orléans depuis maintenant 15 ans. Elle est l'aînée d'une fratrie de cinq enfants qui - le détail a dû compter - portent tous des prénoms de membres de la famille de Jeanne d'Arc !

Cheftaine de patrouille aux Guides d'Europe, membre de l'association Sainte Jeanne hier, aujourd'hui et demain et encadrante de jeunes dans la préparation aux sacrements, elle fait montre de l'engagement religieux exigé par le jury. 

Certes, les candidates auraient "toutes mérité", selon Monsieur le maire, d'incarner Jeanne d'Arc, mais Mathilde Edey Gamassou a touché juste. Interrogée sur sa vision de Jeanne d'Arc, elle a répondu par ces trois mots : "Persévérance, humilité, et courage". De quoi satisfaire et même émouvoir Bénédicte Baranger, la présidente de l'association Jeanne d'Arc. 



L'armée de Jeanne d'Arc


Elle était très entourée ce matin, la nouvelle Jeanne d'Arc. Par ses deux pages d'abord. Antoine de Watrigant et Oscar Zancristoforo, eux aussi très engagés socialement et religieusement. Le deuxième a même fait de l'équitation, ce qui pourra être d'une aide précieuse à celle qu'il doit assister. Ravis tous les deux de faire partie de l'aventure, ils encadrent avec le sourire la jeune Mathilde. 

Par ses parents, ensuite "émus et fiers". "Elle porte les valeurs de Jeanne d'Arc, comme toutes les jeunes filles qui ont candidaté", souligne son père, en gagnant élégant. Ses petits frères et soeurs eux, se sont admirablement tenus toute la cérémonie, et épient maintenant leur grande soeur qui se prête au jeu des caméras. 



Par les anciennes Jeanne d'Arc, enfin. Priscille de la Bâtie au premier rang, laisse sa place bien volontiers. "Elle est parfaite, Mathilde ! assure-t-elle, très corporate. De toute façon, Jeanne est parfaite !" Mais il y avait aussi les Jeanne des quelques années précédentes. "C'est émouvant qu'elles soient toutes là, non ?" commente discrètement Bénédicte Baranger. Elle, elle a incarné Jeanne en 1945. "On ne s'en remet jamais vraiment", a-t-elle souligné plus tôt avec humour. 



Bonjour Mathilde ! 


Pour France3 Centre, Mathilde Edey Gamassou a accepté de nous parler un peu plus d'elle. Orléanais, Orléanaises, voici votre nouvelle Jeanne d'Arc !


Vous la retrouverez lors des grandes célébrations des Fêtes Johanniques

  • 29 avril : Commémoration de l’entrée de Jeanne d’Arc à Orléans
  • 1er mai : Chevauchée de Jeanne d’Arc
  • 5 mai : Orléans La Source fête Jeanne d’Arc
  • 7 mai : Cérémonie de remise de l’étendard, Son et Lumière et Set Electro
  • 8 mai : Hommages officiels et restitution de l’étendard.

Mathilde Edey Gamassou déjà victime de commentaires racistes

"C'est une blague ?" , "On doit être le 1er avril...", "Jeanne d'Arc ???? Il y a erreur...", "Elle n'est pas née à Orléans..." : voici un exemple des commentaires, plus ou moins ouvertement racistes, que l'on trouve sous l'article de nos confrère de la République du Centre, qui ont fait comme nous le portrait de la nouvelle Jeanne d'Arc. 

Mathilde Edey Gamassou est la première Jeanne d'Arc métisse élue par la ville et l'association depuis 1945. La jeune femme en est consciente et même, elle était prête. "Et alors ? Qu'est-ce que ça change ?! Je suis française, et fière des valeurs de Jeanne d'Arc", la réponse a claqué quand on lui a fait remarquer son métissage. Sa famille effectivement, est originaire du Bénin, du côté de son père, et de Pologne, du côté de sa mère. 

"Si elle avait le teint un peu plus clair, personne ne ferait la remarque sur le fait qu'elle ne soit pas née à Orléans !" remarque un internaute. "Jeanne d'Arc non plus n'était pas née à Orléans... on annule tout ?"  ironise un autre. Beaucoup ont pris, sous ce même article, la défense de Mathilde Edey Gamassou, pour rappeler que les valeurs prévalent sur une couleur de peau et que Jeanne d'Arc est aujourd'hui une icône républicaine.

Pour rappel, les propos injurieux diffusés sur les réseaux sociaux peuvent tomber sous le coup de la loi en tant qu'injure publique. La nature raciste, sexiste ou homophobe d'un propos injurieux peut porter la peine encourue à 22 500 € d'amende et 6 mois de prison. 

Sur le même sujet

Musée Girodet à Montargis : un musée rénové (épisode 1/4)

Les + Lus