• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Quand Orléans aurait pu devenir une métropole

La ville d'Orléans / © A.Durand AFP
La ville d'Orléans / © A.Durand AFP

A l’occasion des débats sur le projet de loi de la Nouvelle organisation territoriale (NOTRe) le député-maire UMP Serge Grouard a proposé que la ville d’Orléans obtienne le statut de métropole. Son amendement n’a pas été voté. A deux voix près. 

Par Ch.Launay

La candidature d’Orléans au statut de métropole présentée à l’Assemblée nationale le 4 mars par le député-maire Serge Grouard n’a pas obtenu l’assentiment des députés. A priori, l’agglomération orléanaise ne remplit pas les conditions démographiques pour un tel changement. Car seules les agglomérations de plus de 400.000 habitants peuvent y prétendre. Un principe auquel l’Etat a dérogé en 2014 en accordant ce statut à Brest dont le nombre d’habitants est inférieur au seuil requis (215.000 habitants).

Les chefs-lieux de région doivent par nature devenir des métropoles" - Serge Grouard, député-maire (UMP) d'Orléans

Mercredi, les députés ont fait un nouveau pas de côté en votant un amendement permettant la création de la métropole de Reims, Châlons-en-Champagne et Epernay (350.00 habitants). Ce qui pouvait laisser espérer à Serge Grouard que la candidature d’Orléans pouvait être retenue. « L’aire urbaine d’Orléans, au-delà de l’agglomération, forme un ensemble de 420 000 habitants. Nous disposons d’universités, d’un centre hospitalier régional performant, de centre de recherches, autant de critères qualitatifs qui doivent nous permettre d’accéder au statut de métropole », argumente l’élu.

« Par ailleurs, dans la nouvelle carte des régions, le « très grand Centre » ne possède aucune métropole d’équilibre avec le reste du territoire. Les chefs-lieux de région doivent par nature devenir des métropoles », avance t-il. 

Possibles inflexions

Des arguments auxquels l’assemblée des parlementaires aura, du reste, été sensible puisque l’amendement a été repoussé à seulement deux voix près, "ce qui laisse augurer de possibles inflexions", selon l’élu. "Ce nouveau statut nous permettrait de redéfinir les champs de compétences, concernant notamment les collèges et les lycées et de réaliser des économies.

Orléans Métrople, ce n’est pas pour demain mais Serge Grouard entend bien insister en proposant une nouvelle candidature dans les mois à venir.   

► DOCUMENT : La carte des métropoles existantes et à venir
 / © Gouv.fr
/ © Gouv.fr

 

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus