Rue de Bourgogne à Orléans : la démolition des trois maisons en péril prévue d'ici la fin juin

Les maisons des 17, 19 et 21 rue de Bourgogne à Orléans vont être détruites à la fin du mois de juin. C'est ce qui a été annoncé ce vendredi soir à l'issue d'une réunion publique. Malgré tout, les habitants des immeubles devront patienter plus longtemps avant de retrouver leurs logements.

C'est une grande avancée pour ce long et complexe dossier des immeubles sinistrés de la rue de Bourgogne à Orléans. La démolition des maisons des 17, 19 et 21 de la rue de Bourgogne devrait intervenir à la fin du mois de juin.

Trois mois seront nécessaires pour réaliser toute l'opération, dont un mois entier consacré à l'évacuation des gravats. L'opération devrait alors être finalisée à la fin septembre. 

Une phase d'inspection d'au moins un an 

Pour autant, le retour dans les habitations ne se fera pas tout de suite. À partir du début du mois d'Octobre, "un travail d'inspection des réseaux d'eau, d'électricité, de gaz, d'assainissement, à l'arrêt depuis presque trois ans, sera fait", explique Olivier Geffroy, conseiller municipal délégué pour les risques majeurs et la gestion de crise à la mairie d'Orléans. 

La phase d'inspection durera environ 12 mois mais des habitants pourraient retrouver leurs logements dès la fin de l'année 2024. "Cela va vraiment dépendre du plan d'inspection. Si des réseaux ne sont pas endommagés et dont l'inspection se fait rapidement, on ira vite. En revanche, s'il y a une nécessité de travaux, ce sera plus long", poursuit prudemment Olivier Geffroy. 

Le retour à la normale, "total et complet" sera pour la fin d'année 2025. 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Centre-Val de Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité