Université d'Orléans : un président enfin élu après deux mois de blocage

La situation était bloquée depuis début décembre, mais ce 4 février Eric Blond a été officiellement élu président de l'Université d'Orléans par le conseil d'administration. La fin d'un blocage sur fond d'enquête judiciaire.

L'Université d'Orléans a enfin un président, après deux mois de blocage.
L'Université d'Orléans a enfin un président, après deux mois de blocage. © ERIC MALOT / MAXPPP

Après des mois de blocage, le conseil d'administration a enfin élu un président pour l'Université d'Orléans. Il s'agit d'Eric Blond, élu face à Gérard Poisson "par 20 voix pour, 0 bulletins nuls, et 9 bulletins blancs, sur 35 votants", précise l'institution. Normalien, docteur en mécanique, génie-mécanique et génie-civil de l’ENS de Cachan, Eric Blond enseigne à Polytech Orléans dans la spécialité "Innovation en Conception de Matériaux", a-t-on également appris auprès de l'Université d'Orléans.

Il aura donc fallu deux longs mois, depuis le 4 décembre, dix-huit tours de scrutin et le désistement de la plupart des candidats, dont le président sortant Ary Bruand le 21 janvier, Karin Fischer un peu plus tard et Christophe Léger la veille du scrutin, pour aboutir à ce résultat. Entretemps, un administrateur avait été nommé pour gérer les affaires courantes.

 

Une élection sur fond d'enquête pour détournement de fonds publics

En effet, suite aux élections de novembre, et dans le contexte d'une enquête judiciaire lancée en octobre 2020, aucun candidat ne s'était détaché. Ary Bruand, placé sous le statut de témoin assisté par la juge d'instruction, est en effet toujours visé par une demande de mise en examen d'ici au 25 février par le parquet d'Orléans pour "détournement de fonds publics, abus de confiance" et "faux et usage de faux". Après le retrait de sa candidature au profit d'Éric Blond, son vice-président, la situation s'est enfin débloquée dans les derniers jours de janvier.

Maintenant que le processus est achevé, la nouvelle présidence de l'université a un certain nombre de chantiers auxquels s'attaquer. Au premier rangs de ces derniers : la détresse toujours croissante des étudiants et de certains enseignants face à la crise économique et sanitaire.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société