• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

L'université d'Orléans maintient son rang au classement des meilleures universités du monde

En 2006, l'Université d'Orléans célèbre ses 700 ans - Photo d'illustration / © REPUBLIQUE DU CENTRE/MAXPPP
En 2006, l'Université d'Orléans célèbre ses 700 ans - Photo d'illustration / © REPUBLIQUE DU CENTRE/MAXPPP

La faculté de la métropole du Loiret figure parmi les 1000 meilleurs établissements au monde, selon le classement Shanghai, qui fait chaque année référence. 

 

Par Yacha Hajzler

Pour la deuxième année consécutive, l'université d'Orléans s'assure une visibilité internationale. Elle figure une nouvelle fois dans le classement de Shanghai, indicateur de référence de la qualité des établissements. 

Sur les 1000 établissements qui ont réussi à inscrire leur nom sur la liste, l'université d'Orléans figure entre la 800e et la 900e place. La cité johannique paraît loin de l'excellence ? C'est oublier qu'on compte dans le monde plus de 26 000 universités, moins de 4% figurent donc au classement de Shanghai. 
 

Si la vitrine est appréciable, le classement de Shanghai ne suffit pas à juger de la qualité d'enseignement et d'encadrement d'une université. En effet, la sélection se base sur des critères qu'il est possible de quantifier : nombre d'anciens élèves ou de membres de l'université décorés d'un prix nobel ou d'une médaille Fields ; chercheurs dont les travaux ont été le plus souvent cités dans les bases de données du Institute for Scientific Information ; nombre d'articles publiés par le corps enseignant dans les deux revues de référence "Nature" et "Science"... 
Résultat : le classement est aussi abondamment critiqué dans les milieux universitaires, accusé d'entretenir une "course à la publication au sein des universités aux dépens d’autres objectifs" et d'être "symptomatique d’une nouvelle ère de l’enseignement supérieur, mondialisée, concurrentielle." 

 

 

Sur le même sujet

Maltraitance animale : l'ours Mischa soigné en urgence au refuge de

Les + Lus