Urgence climatique : le Centre-Val de Loire se dote d'une agence régionale pour "massifier la transition énergétique"

Le Centre-Val de Loire a annoncé le 5 octobre la création de son Agence régionale énergie et climat (AREC). Comme dans d'autres régions, ce projet doit permettre d'accompagner et d'homogénéiser les chantiers de rénovation énergétique et des énergies renouvelables.

L'annonce est passée quelque peu inaperçue auprès du grand public, mais pourrait faire date. Le 5 octobre dernier, la région Centre-Val de Loire réunissait une soixantaine d'organisations privées et publiques pour constituer son Agence régionale énergie et climat (AREC), dotée de 950 000 euros pour sa première année de fonctionnement.

La priorité aux projets "citoyens" et aux territoires

Ce budget initial doit servir "à construire les outils" pour accompagner, à terme, les projets des territoires, explique à France 3 Jérémie Godet, vice-président (EELV) du conseil régional délégué au climat. Structure "de confiance", l'AREC mettra en chantier d'ici à la mi-juillet 2024 une société d'économie mixte (SEM) et une société publique locale afin de se mettre à disposition des collectivités.

Concrètement, poursuit le vice-président de la Région, il s'agira d'accompagner ces projets sur trois fronts : les problèmes juridiques et administratifs, les problèmes techniques, et enfin le financement. "L'idée, ce sera de s'appuyer sur les projets des territoires", indique encore Jérémie Godet, "on sera notamment très sensibles aux projets portés par les citoyens". Des initiatives portées par des collectif citoyens, comme cette centrale photovoltaïque qui a été inaugurée en Indre-et-Loire, pourraient ainsi être facilitées.

L'exemple occitan

Ancien conseiller régional, le député EELV de Tours Charles Fournier a salué "un outil puissant" tant sur le pilotage que sur la capacité d'investissement. "L'Occitanie a servi de modèle, et s'est dotée d'un outil efficace pour booster la transition énergétique", juge l'élu écologiste. "Jusque-là", admet-il, "la région Centre-Val de Loire ne participait pas encore à la hauteur de ses ambitions".

De fait, dernière région en date à mettre en place une AREC, la région Centre-Val dispose de quelques exemples dont elle peut s'inspirer. Ainsi, en Occitanie, l'AREC mise en place en 2018 affirme avoir accompagné "14 440 ménages en cours d'audit ou de travaux" sur la rénovation énergétique, et revendique "60 territoires accompagnés dans leur stratégie énergétique".

Concrètement, les projets accompagnés vont d'une installation "agri-voltaïque" sur des vignes dans les Pyrénées-Orientales à une unité de production d'hydrogène vert de 50 mégawatts à Port-la-Nouvelle. Ces dernières années, quelques régions, dont l'Île-de-France, la Nouvelle-Aquitaine et l'Auvergne-Rhône-Alpes, se sont dotées d'un outil similaire.

À terme, les objectifs du Centre-Val de Loire, définis dans son Schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires (SRADDET), sont "extrêmement ambitieux", détaille Jérémie Godet.

D'ici 2050, la région doit avoir réduit la consommation énergétique de 50%, multiplié par cinq de la part des énergies renouvelables et 700 foyers par an devront bénéficier d'une rénovation énergétique.

Alors que le Conseil d'État multiplie les avertissements au gouvernement, épinglé pour "inaction climatique", reste à voir, à l'usage, si ces objectifs demeurent atteignables.