Cet article date de plus de 4 ans

L'avenir de la ligne RER D entre Malesherbes dans le nord du Loiret et Paris

La SNCF Transilien et le STIF (le Syndicat des transports d'Île-de-France) ont pour projet de remodeler la ligne du RER D. Conséquence : la fin des trains directs entre Paris et la ville de Malesherbes au nord Loiret, à partir de 2019. 
Des élus ont créé un comité de soutien aux usagers de la ligne D du RER. L'objectif : lutter contre la fin de la ligne directe entre Paris et le Nord du Loiret ©France 3 Centre-VDL
La ligne est maintenue mais il y aura un changement de correspondance à Corbeil-Essonne. Une mesure impopulaire et une pétition en ligne a déjà recueilli plus de 3000 signatures.

Irrégularité rime avec RER D

Dans la gare de Malesherbes, le terminus de la ligne, seulement 6 trains sur 10 arrivent à l'heure, en horaire de pointe, le soir. Insatisfaisant pour les usagers qui voyagent plusieurs heures dans des rames inconfortables et sans chauffage.
Et cela pourrait empirer avec des voyageurs en hausse constante et du matériel vieillissant. Alors SNCF transilien propose de réduire ces retards de 25%. Le projet en 2019 : supprimer les trajets directs et les remplacer par une correspondance en gare de Corbeil-Essonnes.

Sur la branche Malesherbes, 4000 personnes sont concernées

Une cinquantaine d'élus viennent de créer une "association de défense des usagers et des maires en colères".

Ceux qui habitent aux franges de l’Île-de-France et du Nord-Loiret sont considérés comme des variables d’ajustement par ceux qui organisent les transports. C’est une fracture territoriale inacceptable.

Ils ne doivent pas être pris pour des citoyens de dernière classe, s'insurgent les membres du comité. Le comité a donc déposé un recours aura  avec pourobjectif de mettre en lumière une iniquité de traitement. D'après la SNCF transilien et le STIF, le Syndicat des transports d'Île-de-France, les correspondances ne modifieront pas les fréquences des dessertes et le trajet serait allongé d'une à cinq minutes. 

A plus long terme, le STIF a validé l'achat de nouvelles rames pour améliorer la ponctualité, le confort et la capacité de transport. Du matériel plus fiable effectif à partir de 2021.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie transports en commun