• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Loiret : un lycéen de Pithiviers remporte le 2e prix du concours de plaidoiries

© DR
© DR

Chaque année, le Mémorial de Caen donne la parole, sous forme de plaidoirie aux lycéens qui souhaitent défendre un cas de violation des droits de l’homme. Vendredi 25 janvier, Abdallah Charki du lycée Duhamel-du-Monceau à Pithiviers dans le Loiret a remporté le deuxième prix 

Par Elsa Cadier


Un lycéen de Pithiviers (Loiret) remporte le 2e prix du concours de plaidoiries

Vendredi 25 janvier au Mémorial de Caen, 14 équipes de lycéens, venues de toute la France métropolitaine, de la Réunion et d’un lycée français au Luxembourg, ont défendu des cas réels d’atteinte aux droits de l’homme. Toute la journée et devant près de 3.000 personnes, les candidats ont abordé avec ferveur les injustices qui les ont sensibilisés.
Les 14 candidats ont eu huit minutes pour convaincre le jury composé de personnalités juridiques et médiatiques, présidé par Philippe Geluck, auteur-dessinateur, plusieurs prix ont été décernés. Abdallah Charki du lycée Duhamel-du-Monceau à Pithiviers dans le Loiret a remporté le deuxième prix.
 

Les résultats par prix

Prix de la Région Normandie et du Mémorial de Caen : Valérie Tete « Nos enfants ne sont pas des sorciers ! », lycée Chateaubriand, Rennes. (Voyage de 3 jours à New York avec visite du siège de l’ONU).

Prix de l’engagement citoyen (offert par la MGEN) : Abdallah Charki « Pleure en silence », lycée Duhamel-du-Monceau, Pithiviers.

Prix Amnesty International : Amélie Cassagne « L’Art d’être censuré », lycée Saint-Joseph, Avignon.

Prix Reporters sans frontières : Elena Hourdin Solovieff « Les femmes invisibles », lycée Hector-Berlioz, Vincennes.

Prix du jury lycéen (offert par le magazine Phosphore) : Valérie Tete « Nos enfants ne sont pas des sorciers ! » Lycée Chateaubriand, Rennes.

 

Les candidats doivent rédiger une plaidoirie illustrant une situation d’atteinte aux droits de l’homme


La plaidoirie doit porter sur une cause concrète et d’actualité. Il peut s’agir d’un cas général ou d’un cas particulier concernant une personne persécutée. Tous les élèves des lycées de France métropolitaine et d’outre-mer ainsi que les élèves des lycées français de l’étranger sont invités à participer. Les lycéens et leurs enseignants préparent ce concours depuis la rentrée de septembre. Deux étapes de sélection ont eu lieu avant la finale. Cette année, les lycéens désirant candidater ont réalisé une vidéo d’une minute présentant leur plaidoirie. 1200 vidéos ont été reçues, parmi elles, 140 ont été retenues. En décembre 2018, s’est déroulée la seconde étape : les équipes se sont départagées lors des sélections régionales (Rennes, Toulouse, Marseille, Orléans, Nantes, Caen, Dijon, Lille, Strasbourg, Bordeaux, Lyon et Paris). À cette occasion, les lycéens ont prononcé leur plaidoirie à l’oral et en intégralité devant un jury. Les lauréats des DOM, des lycées français à l’étranger et de Strasbourg ont été sélectionnés sur vidéo.

 

 

Sur le même sujet

"BatOloire" : le transport atypique de l'été à Orléans

Les + Lus