Cet article date de plus de 5 ans

Pithiviers : un bébé naît à la maternité pourtant fermée provisoirement

Ylana est née le 14 juin à la maternité de Pithiviers (Loiret) dont les accouchements ont été pourtant suspendus jusqu'au 17 juin par l'ARS. C'est le médecin de garde qui a pris la décision de mettre au monde l'enfant qui devait naître initialement à l'hôpital d'Orléans.  
La maternité de Pithiviers est menacée de fermeture si elle ne trouve pas un médecin
La maternité de Pithiviers est menacée de fermeture si elle ne trouve pas un médecin © F3
Mardi, la mère de la petite Ylana était en route pour le CHR d'Orléans pour accoucher de son 3e enfant. Mais, au vue de l'intensité et des fréquences très rapprochées des contractions, indique France Bleu, elle a finalement demandé à son compagnon de s'arrêter à la maternité de Pithiviers où les accouchements sont suspendus jusqu'a vendredi faute de personnel médical suffisant.

Le médecin de garde constate alors que le travail est très avancé et décide par précaution de la garder. Avec l'aide d'une sage femme, il procède à l'accouchement. Et à 11h15, Ylana vient au monde. 

Une urgence qui pourrait se reproduire

Une femmes qui accouche prématurément, le cas est appelé à se reproduire. Que se passerait-il si la maternité de Pithiviers fermait définitivement ses portes ? L'Agence Régionale de Santé a donné jusqu'au vendredi 17 juin à la direction de l'établissement pour trouver un gynécologue et un anesthésiste.    

En mars 2016, plus d'un millier de personnes avait manifesté pour maintenir la maternité à Pithiviers. Une mobilisation qui n'a pas suffi à résoudre le problème de pénurie de médecins à laquelle est confrontée notre région. Car, ce qui est en cause ici, ce n'est pas le nombre de naissances, environ 650 chaque année à la maternité, mais le manque de pédiatres et de gynécologues-obstétriciens. Un problème que les partisans du maintien de la structure hospitalière ont jusqu'à vendredi pour résoudre. 

Le collectif  "Gardons la maternité à Pithiviers" organise jeudi 16 juin, une nuit de solidarité et de veille. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société