Sécheresse de 2018 : 43 nouvelles communes du Loiret reconnues en état de catastrophe naturelle

L’état de catastrophe naturelle vient d’être reconnu pour 43 communes supplémentaires, fortement touchées par l’épisode de sécheresse survenu durant l’été 2018.

La sécheresse a durement affecté les sols et le bâti en 2018, tout comme elle est en train de le faire cette année
La sécheresse a durement affecté les sols et le bâti en 2018, tout comme elle est en train de le faire cette année © PHOTOPQR/BERRY REPUBLICAIN/MAXPPP
Cette décision devrait soulager un grand nombre de sinistrés. Après un premier arrêté ministériel publié en juin, une nouvelle décision datée du 16 juillet 2019 et paru au journal officiel le 9 août 2019 reconnaît l'état de catastrophe naturelle pour 43 communes supplémentaires du Loiret, qui avaient grandement souffert de la sécheresse au cours de l’été 2018.

Un épisode météorologique qui avait provoqué des mouvements de terrains après que les sols, d’abord asséchés, ont été brusquement réhydratés par les pluies. Le phénomène avait notamment provoqué d’importantes fissures sur les murs des habitations.

Grace à cette reconnaissance, les personnes sinistrées vont désormais pouvoir se rapprocher de leurs assurances afin d’être indemnisées. Elles ont 10 jours à compter de la parution de l’arrêté pour entamer des démarches.
   

La liste des communes reconnues en état de catastrophe naturelle.


Mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols du 1er juillet 2018 au 31 décembre 2018

Communes de Baule, Bazoches-sur-le-Betz, Boismorand, Boulay-les-Barres, Cepoy, Combleux, Engenville, Fleury-les-Aubrais, Fontenay-sur-Loing, Girolles, Lailly-en-Val, Messas, Nargis, Olivet, Oussoy-en-Gâtinais, Ouzouer-sur-Trézée, Pannes, Saint-Ay .

Mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols du 1er octobre 2018 au 31 décembre 2018

Communes d'Auvilliers-en-Gâtinais, Bordes (Les), Bougy-lez-Neuville, Chapelle-Saint-Sépulcre (La), Chilleurs-aux-Bois, Coinces, Épieds-en-Beauce, Escrignelles, Gémigny, Jouy-le-Potier, Ligny-le-Ribault, Marcilly-en-Villette, Montbarrois, Montcresson, Montereau, Montigny, Moulinet-sur-Solin (Le), Noyers, Oison, Saint-Germain-des-Prés, Sigloy, Sougy, Sury-aux-Bois, Thimory, Vrigny .

Si la plupart des sinistrés n'ont généralement aucun problèmes à être intégralement remboursés, pour d'autres c'est parfois un parcours du combattant qui commence. En juin dernier, 7% des victimes des inondations de 2016 n'avaient pas encore touché la totalité de ce qui leur était dû.  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécheresse météo canicule