• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Tag homophobe dans le Loiret : une famille homoparentale interpelle Emmanuel Macron

© Capture écran du Facebook l'association Stop Homophobie
© Capture écran du Facebook l'association Stop Homophobie

Depuis le débat sur le mariage pour tous, "Non à la PMA, non à la GPA", ces mots sont tagués sur l'aérotrain sur la commune de Chevilly dans le Loiret et visible notamment depuis l'autoroute A19. Sur la page Facebook de Stop homophobie, une famille homoparentale interpelle le chef de l'Etat.  

Par Fabienne Marcel

Elle n'en peut plus de voir ces tags homophobes sur son trajet quotidien. Depuis 2013, une mère de famille en couple avec une autre femme roule sur une autouroute où au niveau de Chevilly, une commune du Loiret, on peut lire des inscriptions sur l'aérotrain : "Non à la GPA, non à la PMA, une enfant = 1 papa + une mamn". Excédé, Stéphanie a décidé d'interpeller le chef de l'Etat, et le maire de la commune Bernard Texier.

Voilà plus de 4 ans maintenant que nous passons, mamans mariées avec nos 2 garçons, devant cette honteuse banderole visible de l'autoroute A19, à hauteur de la commune de Chevilly,

écrit Stéphanie sur le mur de la page Facebook de Stop homophobie. "Doit-on encore le rappeler ? L'homophobie est un délit, selon le code pénal. Alors, comment un élu de la République peut-il encore laisser, 5 ans après l'adoption de la loi Mariage et adoption pour tou.te.s, cette inscription « Non à la PMA - 1 papa + 1 maman » sur les terres de sa commune ?!"

Raz le bol ! Notre garçon va commencer à lire et ce genre de message est incompréhensible, sinon discriminatoire et violent, lorsque pour lui avoir 2 mamans est aussi normal que tous les autres modèles familiaux !!

La mère de famille assure avoir écrit à Emmanuel Macron, au maire de Chevilly. Pour l'heure, elle n'a reçu aucune réponse. Posté ce dimanche sur Facebook mais aussi sur Twitter, la lettre fait réagir sur les réseaux sociaux.  

 

L'association Stop homophobie a relayé via ses canaux le post de Stéphanie. L'ADFH, l'Association Des Familles Homoparentales, a réagit et a également interpellé les politiques tel que les députés LREM du Loiret, Stéphanie Rist et Caroline Janvier, mais aussi le Premier ministre Édouard Philippe et à la secrétaire d'État à l'égalité des femmes et des hommes  Marlène Schiappa ainsi qu'à la Dilcrah (Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Haine anti-LGBT). 

 

La lettre de la mère de famille sur Facebook

 

 

Sur le même sujet

Maltraitance animale : l'ours Mischa soigné en urgence au refuge de

Les + Lus