Xavier Beulin, une personnalité atypique dans le monde agricole

Xavier Beulin était un homme impliqué dans le syndicalisme agricole depuis 41 ans. Depuis 2010, il était le président de la FNSEA, mais il était également chef d'entreprise. Une double casquette qui lui a souvent valu les critiques des syndicats opposants

Une personnalité atypique dans le monde de l'agriculture

Leader du 1er syndicat agricole depuis 2010, la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats d'Exploitants Agricoles), Xavier Beulin était aussi céréalier dans la Beauce et président d'un grand groupe industriel, Avril (7 milliards d'euros de chiffre d'affaires), numéro un des huiles en France, qui détient notamment les marques Lesieur, Puget ou Matines (oeufs). Dans ses autres activités, Xavier Beulin était également administrateur de Crédit Agricole S.A. Très loin donc du profil de petit producteur céréalier. Ces multiples casquettes lui ont valu des critiques émanant pour la plupart de syndicalistes agricoles. En 2001, il est nommé président du Conseil économique et social régional (Ceser) de la région Centre-Val de Loire.

Syndicaliste et grand patron, l'homme était souvent décrié par les syndicats d'agriculteurs

Xavier Beulin "a donné tout ce qu'il avait pour les idées d'un syndicalisme ouvert et indépendant", a souligné la FNSEA, dont il avait
pris la tête en décembre 2010.
A l'annonce de son décès, le Premier ministre Bernard Cazeneuve a déclaré que Xavier Beulin était aussi "Un grand chef d'entreprise", rappelant qu'il défendait l'idée que ses activités "concourraient toutes les deux à construire l'agriculture de demain".

Certains de ses détracteurs considéraient que les intérêts de Xavier Beulin n'étaient pas toujours les mêmes que ceux de la base et qu'il donnait plutôt l'image d'un homme d'affaire que celle d'un agriculteur. 

La Confédération paysanne, marquée à gauche, a rappelé dans un communiqué qu'elle ne "partag(eait) pas la même vision de l'agriculture ni les solutions qui étaient les siennes". "Nous nous sommes régulièrement affrontés sur ce terrain avec pugnacité et respect", a dit le syndicat agricole, tout en soulignant que le décès de M. Beulin était "un choc pour l'ensemble de la profession".

Taxé de "ministre de l'agriculture bis"

"C'est Le Foll (ministre de l'Agriculture, ndlr) qui aurait dû être à ma place", avait glissé Xavier Beulin sous les sifflets de jeunes agriculteurs. Pendant l'été 2015, le président de la FNSEA s'était notamment illustré en tentant de canaliser les fortes mobilisations d'agriculteurs en colère contre la chute des prix du lait, du porc et l'effondrement de leurs revenus. 

En décembre dernier, le président de la Coordination rurale Bernard Lannes, s'en était pris, en clôture du congrès de son syndicat à Tours (Indre-et-loire), au ministre "à mi-temps" de l'Agriculture Stéphane Le Foll et à Xavier Beulin, qu'il accusait de "conflit d'intérêt entretenu par une cogestion outrancière".

Epinglé pour son train de vie

En décembre 2016, le journal Médiapart révélait que Xavier Beulin, locataire à Paris, avait acheté une maison et un immeuble à Orléans, puis un terrain en Tunisie où il s’était construit une villa. Médiapart avait aussi souligné que l'agriculteur né à Donnery dans le Loiret, était associé à sa femme dans une SCI qui loue des locaux à Carrefour. Un comble, alors que l'enseigne est accusée de saigner les paysans. 

Xavier Beulin était-il encore un "paysan" ?

 Dans son livre, "Notre agriculture est en danger" paru en début d'année aux éditions Tallandier, Xavier Beulin, toujours engagé dans l'agriculture, se présentait comme un "paysan". Il tenait à le rester, malgré les nombreuses critiques qu'il essuyait à ce sujet. Dans l'un de ses derniers tweets, il parlait de son livre qui proposait : " une ambition, un projet collectif pour l'Agriculture Française et un véritable contrat avec les Français".