Cet article date de plus de 4 ans

A Madagascar, le peuple Sakalava acteur d'un projet de tourisme solidaire

Deuxième et dernière semaine de mission humanitaire pour Corinne Bian Rosa à Madagascar. Partie dans le cadre des Congés solidaires à Majunga, elle évoque aujourd'hui le travail d'une association locale qui œuvre pour développer le tourisme.
Pêcheur à bord d'une boutre, une pirogue construire par les villageois
Pêcheur à bord d'une boutre, une pirogue construire par les villageois © Corinne Bian Rosa
ADTIA, c'est le nom d'une association que tout le monde cite en exemple ici autour de Majunga (Madagascar).

Elle a été créée par les habitants de trois villages de l'ethnie sakalava il y a 15 ans lorsque des investisseurs ont eu le projet d'implanter un écolodge de bungalows traditionnels sur leurs terres, dans une très belle réserve foncière face à l'océan Indien, à une heure de piste au nord de Majunga.

Les villageois ont consenti un bail emphytéotique à l'hôtel qui s'est engagé à intégrer les villageois pour que le tourisme soit un moteur du développement local.

Une école et un dispensaire ont ainsi été construits.

Ecole construire grâce à l'association ADTIA à Madagascar
Ecole construire grâce à l'association ADTIA à Madagascar © Corinne Bian Rosa
Des élèves malgaches au sein de l'école construite avec l'aide de l'association ADTIA
Des élèves malgaches au sein de l'école construite avec l'aide de l'association ADTIA © Corinne Bian Rosa


ADTIA représente les 400 habitants des trois villages qui fournissent plus de la moitié des effectifs de l'hôtel.
Celui-ci verse de son côté une partie de son chiffre d'affaires annuel à une autre association française de solidarité internationale, AMADA, qui s'est associée au projet.

L'aventure continue, comme l'explique Tsiravay, le chef de village de Belamoty : 40 habitants, tous de la même famille.

durée de la vidéo: 00 min 38
Marunja : Interview Tsiravay, projet ADTIA ©France 3 Centre-Val de Loire


Toutes les activités proposées sont aussi sous la responsabilité des villageois.

Tsiravay, très fier de participer à cette aventure emblématique, m'emmène sur son boutre, la pirogue des pêcheurs, pour remonter la rivière Morira.

Pêcheur à bord d'une boutre, une pirogue construire par les villageois
Pêcheur à bord d'une boutre, une pirogue construire par les villageois © Corinne Bian Rosa


Nous allons à la rencontre des habitants d'un village qui produisent pour la cuisine de l'écolodge, une activité qui fait vivre les familles

Famille triant du maïs pour la cuisine de l'écolodge
Famille triant du maïs pour la cuisine de l'écolodge © Corinne Bian Rosa


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
humanitaire international monde sport voile