Mobilité : l'autopartage arrive en Centre-Val de Loire avec des voitures électriques prévus dans les territoires ruraux

Au nord de l'Indre-et-Loire, la communauté de communes Gâtine Racan vient d'inaugurer son dispositif Rémi+ Autopartage, avec deux véhicules électriques en libre-service. Un dispositif que la Région Centre-Val de Loire entend développer sur 57 territoires ruraux répartis dans ses 6 départements. Il s'agit de faciliter les déplacements en milieu rural qui nécessitent une voiture.

Au Nord de la Touraine, les habitants de la communauté de communes Gatine-Racan disposent désormais de deux véhicules électriques en libre-service, accessibles sur les communes de Saint-Paterne-Racan (gare) et Neuillé-Pont-Pierre (mairie).

Ce nouveau service de transport en milieu rural, baptisé Rémi+ Autopartage, est proposé, dans un premier temps, à six communautés de communes représentant les six départements de la Région Centre-Val de Loire.

"Notre réflexion est partie de la loi d'orientation sur les mobilités, qui proposait aux communautés de communes de prendre cette compétence et de développer les mobilités infraterritoriales pour les gens qui ne se déplacent guère, explique Philippe Fournié, vice-président du Conseil régional, délégué aux mobilités et transports. Or, nous savons que ces services coûtent cher et que les collectivités rurales manquent de moyens. Nous leur avons donc proposé de prendre cette compétence, et de travailler avec elles pour développer les offres de mobilité."

57 communautés de communes du Centre-Val de Loire ont saisi la perche qui leur était tendue, et vont bénéficier, à terme (d'ici à mi-2025), de ce nouveau service d'autopartage. Lorsqu'un premier bilan aura été tiré de l'expérimentation menée sur les six territoires pilotes.

Une solution de transport flexible et abordable

Ce nouveau service vise à accompagner les habitants des territoires ruraux vers une mobilité durable, en mettant à leur disposition des voitures électriques en libre-service, pour couvrir les trajets situés hors ligne régulière Rémi.

Concrètement, pour en bénéficier, il faut s'inscrire (gratuitement) sur remiautopartage.clem.mobi et créer un compte usager avec justificatifs et coordonnées bancaires.

Une fois ce compte validé, il faut effectuer une réservation en ligne en indiquant la plage horaire souhaitée pour utiliser une voiture. Et pour permettre à tous d'accéder à cette mobilité décarbonée, la grille tarifaire est très avantageuse, 6 € la demi-journée, 12 € la journée (12 heures consécutives).

La charge électrique est inclus dans le coût du service, mais, en restituant le véhicule sur son emplacement, il faut penser au prochain utilisateur en mettant le véhicule en charge !

"Le service s'adresse aux personnes qui n'ont pas ou plus de véhicule, ou qui ont à l'occasion besoin d'une deuxième voiture, reprend Philippe Fournié. Il suffit d'avoir un permis valide, l'assurance est portée par la Région et le prix est très raisonnable. Assurer un rendez-vous à Tours, aller faire des courses, emmener les enfants à un entraînement sportif... l'idée est de rendre des services ponctuels."

Avec Rémi+ Autopartage, la Région espère aussi créer un effet d'entraînement :

"Le but est de créer un écosystème du partage routier sur un territoire rural donné : les services publics, comme La Poste, ou les communes qui disposent de véhicules électriques peuvent s'agréger au système et les proposer à la population lorsqu'ils ne servent pas."

Un bouquet mobilité pour les territoires ruraux

Le vice-président tient toutefois à préciser que Rémi+ Autopartage n'est qu'un élément dans le bouquet que met en place la Région pour faciliter les mobilités en milieu rural :

"D'autres mesures sont déjà en place, comme l'aide à l'achat de 200 € pour un vélo à assistance électrique, ou le transport à la demande pour des usages collectifs, comme le marché, ou un spectacle, très important, notamment pour les personnes âgées. Enfin, nous développons le conseil en mobilité, une formation sur les offres de transport pour toutes les personnes qui reçoivent du public, par exemple une secrétaire de mairie ou un conseiller pôle emploi."

Rémi+ Autopartage devrait être déployé dans les 51 communautés de communes restantes à partir de l'automne 2024 et jusqu'à mi-2025. Un investissement d'environ 3,5 millions d'€ pour la Région (autour de 60 000 € pour un territoire).

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité