Municipales 2020 : les mesures de sécurité liées au coronavirus pas toujours respectées en Centre-Val de Loire

Pour se protéger du coronavirus, il vaut mieux se laver les mains régulièrement plutôt que de porter des gants. / © Barbara Gabel / F3
Pour se protéger du coronavirus, il vaut mieux se laver les mains régulièrement plutôt que de porter des gants. / © Barbara Gabel / F3

Alors que la participation semble, à la mi-journée, avoir été affectée dans les principales villes de la région, des mesures de précaution ont été mises en place pour éviter la contagion, avec plus ou moins de rigueur.

Par Bertrand Mallen

Le premier tour des élections municipales 2020 s'est ouvert dans une atmosphère très particulière en région Centre-Val de Loire. Avec les mesures imposées par le ministère de l'Intérieur pour enrayer l'épidémie de coronavirus Covid-19, des distances de sécurité doivent être respectées entre chaque votant et des stocks de savon et de gel hydroalcoolique ont été mis à disposition dans tous les bureaux de vote.

D'après la circulaire ministérielle publiée le 10 mars, des dispositions doivent être prises dans chaque bureau de vote afin que votants et assesseurs puissent se laver les mains et respecter une distance de sécurité d'un mètre. Par ailleurs, les assesseurs doivent éviter les contacts et s'assurer de se laver les mains fréquemment. Les masques chirurgicaux ne sont pas obligatoire, et les gants en plastique encore moins.
 
Les assesseurs du bureau de vote de l'hôtel de ville de Bourges ce matin. / © Corentin Le Dréan / France 3 Centre-Val de Loire
Les assesseurs du bureau de vote de l'hôtel de ville de Bourges ce matin. / © Corentin Le Dréan / France 3 Centre-Val de Loire
 

"J'ai vu l'un d'entre eux tousser dans son gant"

Mais tous les bureaux ne jouent pas le jeu de la même manière. A Orléans, les électeurs qui se sont rendus à la maternelle de la rue du Puits Saint-Laurent ont constaté des pratiques étonnantes. "Il n'y avait aucun gel à l'entrée, j'ai pris le bulletin sans m'être nettoyée les mains", déplore Véronique. "Je n'ai vu aucun gel à l'entrée, aucune marque au sol."

Une journaliste de France 3, Yacha Hajzler, a voté à l'école Maxime Perrard : "Les responsables du bureau de vote avaient l’air un peu dépassés. Les assesseurs m’ont demandé de mettre ma carte électorale et ma carte d’identité à plat, pour ne pas y toucher, mais j’ai vu l’un d’entre eux tousser dans son gant quelques minutes avant…"
 

Des mesures inégalement respectées

A Tours, les mesures de sécurité sont "bien respectées" d'après Marine Rondonnier, une autre journaliste de France 3 sur place. "Certains électeurs portent un masque. C'est une atmosphère très étrange : on voit des gens qui se connaissent très bien se parler à un mètre de distance." A la fac tourangelle des Tanneurs, notre journaliste sur place rapporte que très peu d'assesseurs portaient des masques mais que tous portaient des gants, sans effet sur la contagion du virus.

Le recours aux stylos à usage unique a été quasiment généralisé, même dans les petites communes rurales. A Corquoy, dans le Cher, notre journaliste Corentin Le Dréan rapporte que des stock de stylos promotionnels de la commune ont été donnés aux électeurs qui ne sont pas venu avec de quoi écrire. Le marquage au sol, pour matérialiser les distances de sécurité, a également été bien appliqué et respecté par les électeurs. 

Sur le même sujet

Les + Lus