• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • POLITIQUE

Orléans : l’accueil des jeunes migrants et le couperet administratif des 18 ans toujours chaotique dans le Loiret

© F3CVDL
© F3CVDL

Conseil départemental et préfecture se renvoient la prise en charge des jeunes migrants. A Orléans, prés de 80 jeunes ont appris la fin du paiement de leur hébergement à l'hôtel sans avoir d'autres solutions. Une situation qui a mobilisé une centaine de personne ce mercredi 9 janvier. 

Par Nathanael Lemaire


Si la prise en charge de l'enfance en danger relève de la politique de la collectivité départementale, la prise en charge des migrants est du ressort de l'état. L'arrivée de nombreux jeunes migrants est prise en charge par l'Aide Sociale à l'Enfance comme le veulent les textes, mais passé 18 ans ce n'est plus du ressort du Conseil Départemental, mais des services de l'état.
 
Les chambres d'hôtel ne seront plus payées par le Département du Loiret / © F3CVDL
Les chambres d'hôtel ne seront plus payées par le Département du Loiret / © F3CVDL

À Orléans, c'est ainsi que près de 400 mineurs voient leur hébergement pris en charge par le département du Loiret, essentiellement avec des nuitées d'hôtel.

Un logement qui permet d'éviter la rue et la déscolarisation pour de nombreux jeunes migrants.
 
De jeunes migrants hébergés dans des hôtels / © F3CVDL
De jeunes migrants hébergés dans des hôtels / © F3CVDL


En ce début d'année, ceux qui ont franchi la barre fatidique des 18 ans ne dépendent plus du département, mais des services de la cohésion sociale (état).

 Il y a 3 ans déjà, le passage de la prise en charge du département aux services de l'état avait créer une mobilisation est un accord de suivi.

Cette année, en l'absence de réponse des services de l'état sur la prise en charge de ces jeunes majeurs, le service de l'Aide Sociale à l'Enfance du Loiret a signifié par courrier la fin du financement des chambres d'hôtels.

Un courrier qui prive ces jeunes d'hébergement et les rend tributaires de l'hébergement d'urgence (115) financé par...l'état.
 
Une centaine de personnes venues soutenir les jeunes migrants / © F3CVDL NL
Une centaine de personnes venues soutenir les jeunes migrants / © F3CVDL NL


Une situation inadmissible pour la centaine de soutiens qui ont répondu à l'appel de plusieurs associations pour réclamer un suivi dans la prise en charge entre l'état et le département pour éviter la rue à ces jeunes migrants.

Regroupés devant l'hôtel Coligny qui héberge des migrants vers 15h, ils se sont rendus devant les locaux de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale.

Les précisions du Conseil Départemental du Loiret concernant l'envoi de la lettre

Les jeunes mineurs isolés sont suivis et pris en charge par le Département jusqu’à leur majorité, par des éducateurs et travailleurs sociaux qui favorisent leur intégration.
 
Dès lors qu’ils ont 18 ans, la prise en charge de ces jeunes isolés revient à l’Etat, qui se doit de gérer chaque situation individuelle dans le cadre de sa politique migratoire. De plus, l’hébergement d’urgence est également une compétence relevant de l’Etat.
 
Le Département du Loiret applique la loi et met tout en œuvre pour la protection des enfants, qu’ils soient français ou étrangers.

 

Sur le même sujet

Levée du couvre-feu à Joué les Tours

Les + Lus